Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

une 3"»° bataille du 21™ n'est pas si considérable qu'on la fist du commencement, puisque les Anglois tiennent aussi bien la mer que la flotte de l'Estat et qu'ils se sont postez sur le passage des vaisseaux de retour des Indes Orientales qu'on dit estre arrivez a Bergue en Norvege, dont la Compagnie est dans une grande inquiétude et envoye partout des galiottes tant pour donner advis des frégattes qui les doivent escorter que pour descouvrir la contenance des Anglois qui n'oseroient retourner en Angleterre, comme on croit icy, s'ils ne hazardeut encore une 4me bataille. Le Lieutenant-Admiral de Rtiyter est de la mesme opinion et en a le mesme ordre. On renforce la flotte de 6 bons vaisseaux et frégattes de guerre afin de remplir la place de ceux qui sont endommagez.

211. COLBERT DE CROISSY AAN COLBERT, 29 Aug. 1673 i).

Vous verre's par la copie de la lettre que j'oscris a M.r le marquis de Seignelay») combien la relation que M. le prince Bobert aenvoyée au roy d'Angleterre de ce qui s'est passé au dernier combat estinjurieuse a l'escadre de S. M. Ce qu'il a escrit au chancelier est encore (a ce que j'aprens de toutes parts) beaucoup plus offensant pour nous, mais, comme le roy d'Angleterre et ses ministres en sont autant et plus indignez contre ce prince que nous avons sujet de 1'estre, et qu'ils me prient d'adoucir toutes choses et de porter M.r le comte d'Estrées et tóus ceux qui commandent les vaisseaux de S. M. a dissimuller leur mescontentement, je crois qu'il est du service du Roy d'en user comme on Ie désire icy, d'autant plus que dans quinze jours ou trois semaines au plus les vaisseaux anglois rentreront dans la Tamise et l'escadre de S. M. s'en retournero dans les ports de France; que, d'ailleurs, ou m'asseure fort que ledit prince Robert n'aura ancun commandement 1 année prochaine.

Le roy d'Angleterre veut que je fasse mettre un commissaire de la part de S. M. sur le vaisseau des Indes qui a esté pris sur le Texel, mais comme il sera bien difficile que les ruses et adresses des officiers de la marine d'Angleterre ne réduisent le tiers qui apartient a S. M. a beaucoup moins qu'il ne devroit estre, je crois, pour vous dire librement mes sentimens, qu'elle feroit une chose trés avantageuse a son service sy genereusement elle faisoit un present de ce tiers au roy d^Angleterre, qui eu a trés grand besoin, d'autant plus que la flotte n a pu emporter de toute cette campagne des avantages bien coosidérables sur les ennemis. Je me garderay bien de faire icy aucune

1) B. N. — Mélanges de Colbert 165W», ff. 447-448. Uit Londen.

2) Het volgende nummer.

Sluiten