Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

a la veue des ennemis qui estoient du coste' de Calabre; cela se passa le 29e mars qui estoit le jour même que les ennemis furent repoussez par terre; et dans le même temps les Hollandois 1'eussent esté par mer sans que les vaisseaux du Roy furent obligez d'employer le jour presque tout entier a sortir du port; tout ce qu'ils peurent faire fut de se mouiller en ordre avant la nuit du costé du Nord delaSiculea 1'opposite des ennemis dans le dessein de tomber sur eux le lendemain. Mais Ruyter ne jugea pas a propos de les attendre, et leva 1 ancre avant le jour, se laissant dériver aux courants du fare qui 1'emporterent au Sud- croyant qu'il lui seroit avantageux de combattre plus au large que dans un lieu réservé, oü il se voyoit sous le vent, et oü il ne pouvoit pas tant se promettre de son expérience. 11 fut huit jours bord sur bord entre le Cap d'Arme et la terre de Sicilië retenu par les vents contraires. Ensuitte il revint mouiller un peu plus avant dans le fare du coste de la fosse S.' Jean apparemment pour attirer les vaisseaux du Roy, et n en sortit que huict a dix jours après pour aller plus au large et tenir la pleine mer; pendant ce temps les vaisseaux du Roy eurent tres souvent vent contraire et ne pouvoient pas aller aux ennemis, outre qu allant sur eux ils ne pouvoient pas comme eux avoir la hberte desetendre, veu qu'ils auroient eu le plus estroit du fare. Mais la plus forte raison est que le temps que l'on devoit faire les nouveaux jurats approchoist, et comme c'est dans ce changement que les ennemis font le plus de tentatives toutes sortes de voyes pour tascher de surprendre la ville ou par les intelligences qu'ils y peuvent avoir ou par la vive force, il n'y avoit pas d'apparence que les vaisseaux abandonnassent Messine oü les esprits auroient peu tourner en faveur des Espagnols sur le simple bruit d'un combat ineertaiu, a moins que d avoir estably auparavant de nouveaux jurats, " de la fidélité desquels on peut estre asseuréz. Ils furent créez le 18" d'avril, et pour lors Monsieur le maréchal de Vivonne croyant quil n'y avoit plus rien a craindrepour la ville, crut aussy qu'il n'y avoit plus de nécessité de retenir les vaisseaux; il eut advis- dans ce même temps que les ennemis vouloient entreprendre sur Auguste par mer et par terre, et il appnt aussy qu'il y estoit arrivé deux bastimens des quatre qui avoient este destachés d'icy, chargés de vivres et d'agrez, scavoir la flutte qui portalt les agrez et un vaisseau chargé dn biscuit, les deux autres ayant relasché aux Zantes: cela luy fit prendre la résolution de faire partir toute 1'armé navalle pour profiter de ce qui luy estoit envoye, secounr Anguste, et battre encore une fois les ennemis avant que les vaisseaux s'en retirassent en Provence. II vouloit y estre luy-même, et le 19 du mois passé il s'estoit embarqué pour eet effet sur le Sceptre a dessein de mettre a la voile le lendemain. Mais de la nuict mesme les jurats n'eurent pas plustot appris sa résolution qu'ils vinrent tous en corps le trouver dans son bord, luy représenter que la ville n estoit point

Sluiten