Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

492

LE RÊVEUR

Toi qu'ont rendu jaloux les hommes de génie, Qui brüles de porter 1'auréole comme eux, Tot qui souftres partout, craignant que 1'on te nie, Fier enfant qui voudrais te réveiller fameux,

Je suis tout étonné de tes désirs étranges'.

Lc génie est fatal aussi bien que la foi,

Tu ne peux 1'acquérir si tu ne 1'as en toi.

Et 1'orgueil, tu le sais, a fait les mauvais anges.

Regarde Beethoven, Balzae et Raphaël: Dans leur labeur terrible ils restent surs d'eux-mêmes, Ils cherchent 1'Idéal sans doute et sans blasphèmes, Et c'est a ce- prix-la que 1'on est immortel!

N'interroge pas tant et toi-même et les autres: Va! Tu parieras ferme et haut, si tu te sens Réellement hanté par ces songes puissants Qui font marcher tout droit devant eux les apötres!

Quand Michel-Ange eut fait le Jugement dernier, Sublime, il s'en alla sans consulter personne, Sans songer même a ceux qui pouvaient le nier, Comme un bon laboureur qui sait son oeuvre bonne!

Songe a cette soiree oii d'un divin mépris

Beethoven a couvert des gens de noble race!

Lui, Beethoven, jouait, mais eux restaient de glacé:

«Hummel,» dit-il, «viens-t'en! Viens! Ils n'ont pas compris!»

Voyons, léve les yeux! Te sens-tu 1'énergie D'oublier et la gloire et les lointains palais, De te dire parti, de clore tes volets, De t'enfermer chez toi, d'allumer ta bougie,