Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

dois croire que je me suis mal expliqué dans notre conférence de vendredi ^ et je ne puis mieux témoigner mes regrets de toute erreur qui pourrait avoir eu üeu qu'en mettant le plus grand empressement a la rectifier.

Lorsque j'ai fait mention de vos discrirrnnating duties, mon seul objet a été de rappeler que ce mode de favoriser la navigation nationale n'avait rien de singulier ni dTiostile. II ne s'agit pas a présent de rechercher qui le premier en a donné 1'exemple mais ce qui me parait évident c'est que nous n'avons dérogé ni aux conditions d'un système Kbéral ni aux relations d'amitié et de bon voisinage en adoptant pour 1'importation du sucre et du sel des mesures analogues a celles qu'on expliquait chez vous a lunportation bu beurre et du fromage.

Aujourd'hui, je le sais, la Grande-Bretagne préfère un système plussimple et 1'égaUté des pavillons, mais une conviction correspondante n'existe pas encore aux Pays-Bas et après un mur examen on y pense que les armateurs ont besoin des avantages que leur assurent les discriniinating duties. II n'est pas certain que le gouvernement eüt pu se résoudre a sacrifier ses avantages, s ü füt parvenu a conclure un traité de commerce et a plus forté raison 1'idée d'un pareü sacrifics a-t-elle paru inadinissible, après que la note de M. le premier secrétaire d'état pour les Affaires Etrangères, en date du lome octobre dernier *), nous eüt enlevé pour longtems 1'espoir de quelques stipulations favorables a notre industrie manufacturière.

Les actes de la demière session du parlement, que je me suis fait un devoir d'étudier et que de plus j'ai recommandés a 1'attention de mon gouvernement, indiquent, ü est vrai, le droit additionel du 5me comme une mesure a employer vis-a-vis des nations qui se refuseront a 1'égalisation des pavillons, mais je n'en ai pas moins aprouvi un regret inattendu en voyant dans votre lettre denier») que Vos Exc. n'avaient pas d'autre alternative que d établir ce droit additionel contre les Pays-Bas. II m'avait paru que les dits actes avaient investi le gouvernement de S. M. B. d'un pouvoir discrétionnaire, qu'ü était resté juge des circonstances spéciales et que la faculté lui était réservée de ne pas imposer le droit additionnel du tout ou de ne 1'imposer que pour

') 33 December 1835. «) No. 131. ») No. 141.

Sluiten