Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

LA HOLLANDE PENDANT LA GUERRE

fluence allemande qui date de longtemps; malgré la prophétie de ce grand homme qui n'était pas un grand psychologue, nous avons nommé Bismarck, qui n'a pas craint de dire : „La Hollande s'annexera d'elle-même", malgré enfin une pröpagande de guerre acharnée, made in Germany, la France est restée 1'idéal le mieux porté et le plus porté en Hollande. La France est la fleur que 1'immense majorité du pays arbore a la boutonnière. Dans les cercles militaires et universitaires, on rencontre des amis de 1'Allemagne parmi ceux qui ont été éduqués a Berlin • dans les milieux de la Co'ur, dans la société aristocratique, les „Jongheer" qui s'apparentent a la clique vaniteuse des grands seigneurs de Prusse, ne manquent pas. Mais dans 1'armée, dans 1'université, dans la presse, dans le monde ïntellectuel, dans la marine et dans le peuple, oü se rencontrent — c'est une loi générale - le désintéressement, la clairvoyance et 1'impartialité, c'est la France qui est partout la grande préférée. C'est elle qu'on acclame, elle qu'on célèbre et ceux-la mêmes qui aiment ou admirent 1'Allemagne ne se nsquent point a attaquer la France. Mais ce n'est la que penchants sentimentaux, et, en parlant des oeuvres nées pendant la guerre, au service de la France, nous voulons nous attacher a des faits.

L'une des premières en date est celle qui s'est occupée des prisonniers francais en Allemagne. Un Comité s'est constitué, a La Haye; il s'agissait de récolter de 1'argent; de faire des paquets de vivres ; de les adresser a des soldats malheureux, dans les camps de 1'Allemagne. Les débuts ont été modestes. Dans un grenier, quelques dames de la meilleure société ont fabriqué et ficelé des colis. Le premier mois, on en expédia 80. Cinq mois plus tard, on en avait expédié635. Pour Noël 1915,300 paires de sabots remplies de vivres f ranchissaient lafrontière.

En 1916 les revenus montèrent de 5,198 francs a 38,626, sans parler'd'une somme de 28,000 francs recueillis aux EtatsUnis par un Hollandais ami de la France, M. Rooseboom. Deux représentations théatrales, données a La Haye au profit de

Sluiten