Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

le réelt des frais de douane pour les approv* angiais, 1'hospitalisation des blessés'de 1'armée alliée, etc. Rien ne fut arrêté quantfcl'action que pourrait exerccr sur la presse le gouvfnuc VAvXatM-wP**

Dans les dernières rencontres que j'ai eues avec 1 attaché angiais, ü me communiqua le reödement journaher du débarquement a Boulogne, Calais et Cherbourg.

L'éloignement de ce dentoer psmt^anpose par des considérations d*ordre technique, occasionne un certam

reLedi« C serait débarqué le ie* jour et le C le 15e jour.

Notre matériel de ch, de fer exécuterait les transports, de sorte que 1'amvée, soit vers BruxeUes-Lóuvam, soit vL Namur-Dimnt, du Ier Corps serait assurée le ne iöur et celle de He Corps le 15e jour.

T'ai insistê une derrière tó, et aussi énergt quejele oouvais. sur la nécessité de hater encore les transports S'öTde facon que les troupes anglaises fussent prés dTnoS entre UVu?** le 12e jour; les résutets te pïus heureux, les ptós favorabte peuvent être obtenus par une a^ction convergente et simultanée des forces alüées. Au ConS^seraln échecgravesicetaccordneseprodujtp*.

Le Col. Barnardiston m'a assuré que tout serait fait

dans ce but.

* * *

Au cours de nos entretiens, j'eusjkcasion de convamcre 1'attaché mü" angiais de la volonté que nous aytons d entraver da^ la limite du possible, te mouv- de' 1'ennenu rtdl'ne pas nous réfugier, des le début, dans Anvers.

De son cöté, le Lt Col. Barnardiston me fit part de son peu de confiaace actuellement dans 1'appui ou lmtervention de la Hollande. . .

II me confia également que son gouvt projetait de trans; porte^ la base d'approvt anglaise de .la cóte francaise a Anvers des que laTiaar du nord serait nettoyée de tous les navires de guerre Allemands.

Dans tous nos entretiens, le colonel me comW régulièrement les renseignements, confidenüels qu d posse dait sur 1'état mil" et la situaüon de nos voisins de 1 Est, etc.

Sluiten