Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

mais je crois qu'ilz ne partiront pas encore, ilz menqnent d'hoinmes, et au &rand chagrin des officiers beaucoup de navires n'en ont pas la moitié de leur juste necessité. L'on n'a poinct remédié au grand defaut de 1'artilerye, quy en la pluspart des navires loués n'est que de 6 livres de balie. Cela et beaucoup d'autres considérations, vrayes ou fausses, inprime dans 1'esprit des gens bien intantionnez nn soupson de trahison dans le regime de Hollande. Je crois que c'est une pure confusion et de ces chatiments de Dieu ocultes quy renversent le bon sens pour produire de grands désordres par après. Dans mes observations particulières, je remarque icy premierement dans le Magistrat deux personnes: touttes veulent la paix sy elle se pouvoit aquerir, ceux qui gouvernent et qui sinpatisent avec la Hollande la voudroyent achetter avec bonte et argent, ceux quy sont du party contraire, f ach és d'un coté du dommage que cette guerre leur donne, desireux d'un autre de voir ceux qui ne leur plaisent jeter hors du Magistrat, eonsentent precipitamment et avec ardeur a une guerre vehemente et inmortelle, et réclament tout ce quy peut acomoder a la ruyne des Angloys, la Prance, le Roy d'Angleterre, le prince d'Orange; mais cette vapeur passée, ilz repantent aux grands accidents quy en despandent et retour* nent a la paix. Les officiers de 1'armée montrent et en discours et en contenance une grande consternation, les mathelots pas tant et ne parient pas trop bien des officiers. Entre le peuple, ceux quy sont purement marchants de la Bourse comme on dict touts voudroyent la paix, tout le reste veut qu'on prene courage, qu'on contribue, qu'on mette tout pour ruyner cette republique d'Angleterre, et produisent les plus sains et assurés remèdes. En Hollande, tout en est de mesme, hormis que le peuple est divisé, les uns pour le regime, les autres contre; ceux quy gouvernent commancent a flatter la populace quy leur est contraire, en leur prometant que les ambassadeurs ne pouvant faire la paix qu'alors ils prendront tel le resolution que l'on en sera content, et la chose ira la que les uns et les autres seront forcés a faire cette guerre. Avec d'autres resolutions, ils la peuvent faire, ils ont encore asés de force et de moyens, quoy que fort enguagez et en desordre en leurs nuances, s'ils se peuvent unir, mais 1'election de Monsieur le prince d'Orange pour general, et du conté Guilhaume pour lieutenantgeneral les desunira, sy Dieu ne les asiste miracleusement par eux mesmes, ou par leurs amis. La caballe d'Hollande se fortifie par tout sur ce sujet, et il est mal aysé de dire ce quy en sera. Dans cette province icy et les 5 autres, tout ira bien, mais en Hollande la chose est encore en doutte. Cette province-cy espère donner vigeur a tout le reste, elle a escrit a ses desputtez ses intantions pour les communiquer aux desputtez des autres provinces aux Estats Generaux avec priere d'en envoyer copie a leurs principaux pour avoir leurs resolutions au plus tot; leurs avis sont de deferer a M. le prince d'Orange les

Sluiten