Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

honneurs de ses peres, de prandre le comte Guilhaume pour lieutenant general, et de se fortifier d'amitié et de moyens contre cette guerre, L'on y a proposé du despuis cotnment se joindre avec le Roy d'Angleterre, ou en apelant sa personne, ou par un traité, ou en appelant le prince Rupert en luy donnant une briguade au nom du Roy, mais cela a passé comme une conferance de discours communs sans en faire une consultation d'Estat. Je leur remontre beaucoup de facilité pour peu d'argent de fortifier les Escossoys et les Irlandoys, toutesfois avec telle moderation qu'on ne puisse pas penser que j'aye quelque ordre, comme en effet je n'en ay pas. L'on doit eslire de nouveaux magistrats dans cette ville demain; l'on croit que cela ne se fera pas sans quelque violance, les caballes y sont fortes, le party de Thibaut prant vigeur. Les lettres de nos enbassadeurs de Londres du 25 de ce mois disent que les Anglois persistent sur les trois points preliminaires qu'ils ont proposé, le ler de les desdoumager de touts les frais, capital et interest de. cette guerre comme auteur d'icelle, le 2e de leur donner pour otage de leurs pretentions des villes a leur choix, le 3" une solemnelle satisfaction de 1'atentat de Tromp aux Dunes. Lesdits enbassadeurs mendent qu'ils sont sur leur retour, et hors d'esperancé d'acomodement. La flotte angloise a laissé 40 freguattes devant le Texel, le reste est alé a Jarmuye, s'est rafrechie, a mis a terre ses malades et s'en est retournée a son rendés vous, ainsy nomment-ils le Texel. L'on est icy fort triste de ce qu'on n'a peu prandre cette ocasion pour sortir la flotte, aller joindre les navires de Meuse et Texel; ceux de Meuse se peuvent joindre, mais ceux du Texel non sans quelque dificulté; 1'admiral n'en faict nulle. II y a 28 grands navires qui doivent sortir du Texel, l'on croit que ceux 'de Denemarq 3e joindront aussy. Je n'en suis pas asuré, ny ne serois pas de eet avis, mais bien de s'enployer ailleurs. L'on est en grande payne pour la flotte des Indes après quoy les Anglois font bonne guarde. S'ils la prenoyent, cela les desfroyeroit pour longtemps, cela metroit fort en ariere la compagnie en gros, ayant faict cette année des advanses pour sëpt millions de livres pour faire la guerre aux Indes au Portugays et se defandre de celle que les Indiens leurs font dans 1'isle de Ternatte. L'on croit que laditte flotte se retirera en Norwegue. L'on est en grande payne de la flotte de France, du destroit; celle de Guynée est a La Rochelle, celle de la mer Balthique pour yalerne peut sortir; jamais ce peuple ne s'est veu dans un sy grand et dangereux enbarras. La sagesse de V. E. a belle matiere a conduyre eet Estat dans son propre salut, et dans 1'utilité des interets du Roy oü touttes choses le ramenent sy cela est bien mené. Vous pouvez faire ou penser ce qu'il vous plerra, mais' j'ay cette persuasion de vostre prudence que vous ne verres pas augmenter la ruyne de eet Estat sans 1'ayder. Qu'il sente un peu sa faute de la fausse compagnye qu'il a faict, mais sa cheute ne peut estre advantageuse.

Sluiten