Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

plus a la gloire et a 1'avantage de la nation. Que S. M. verroit et examineroit les plaintes, qui ont esté portées au parlement et qu'en suitte il ordonneroit a son ministre, qui est icy a la Haye, d'en demander justice et reperation, et de faire en sorte qu'a 1 'avenir on ne fasse plus de violence aux Anglois, et qu'en Cas de refus, il se servira des offres que le parlement luy a faites, lequel il remercie de leur declaration sincere sur ee sujet. Qu'apres cela la chambre basse avoit mis en deliberation, si on ne donneroit pas au roy les 73.000 livres sterlins, destinées au payement des officiers de guerre, lesquelles sont entre les mains des sherifs de Londres, afin que S. M. s'en servist par provision a 1'equippage de sa flotte; mais qu'il n'y avoit esté rien resolu, et que la chambre s'estoit contentée d'ordonner, que le roy seroit remercié de sa response. Ces advis font croire que le roy de la Grande Bretagne ne precipitera rien en une affaire de cette importance, et qu'il voudra justifier ses armes devant que de les prendre. Neantmoins comme l'on a advis que le sieur Davidson negotie fort secretement avec les ministres de V. M., et qu'il a ordre d'achetter quantité de marchandises, propres a faire equippage, et que d'ailleurs le lord Montaigu a passé en France, a dessein, comme l'on croit, d'y faire connoistre le sujet de plainte contre cet Estat que l'on a en Angleterre, on donne ordre a tout, afin que l'on ne soit pas surpris. Dès la semaine passée on despescha un ex prés avec ordre au vice admiral de Ruyter de demeurer avec son vaisseau, et de laisser son iustruction avec le commandement de 1'armée navale a Meppel, mais deux jours après l'on sceut que de Ruyter avoit fait voile dès le 8 de ce mois, et que l'on auroit de la peine a 1'atteindre en pleine mer. Aussy les deputés des trois admirautés de cette province s'estant rendus icy lundy dernier en suitte de 1'ordre qu'on leur avoit envoyé, ils dirent qu'ils n'estoient pas advis que l'on fist revenir de Ruyter; tant paree qu'il y a grand nombre de bons officiers dans le païs, qui n'ont pas tant de reputation, mais qui n'ont pas moins de capacitéet de conduite que luy, que paree que cela desconcerteroit tous les desseins que l'on a formés contre les Corsaires; outre que les Anglois ayant aussy une flotte considerable en la mer mediterranée, il estoit important a l'Estat d'y avoir un bon general, et que de Ruyter y rendroit pour le moins d'aussy bons services que dans 1'Ocean. Depuis que les colleges des admirautés ont envoyé leurs deputés icy, on travaille avec eux sur 1'equippage que l'on peut faire. Ceux d'Amsterdam disent que dans trois semaines ils mettront prés de 60 vaisseaux en mer, dont le moindre sera monté de 30 pieces de canon et les autres de 40, 50 ou 60; ceux de Rotterdam et de Northoilande en promettent 18 chacun, et ceux de Zeelande 12. Neantmoins on n'a encore rien resolu, sinon qu'en chaque college on armera 2 ou 3 vaisseaux, sous pretexte de renforcer 1'armée navale de la mer mediterranée, et 15 vaisseaux, qui iront au devant de ceux des Indes orien-

9

Sluiten