Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

omdat de Engelschen van plan zijn om behalve de onlangs daarheen vertrokken schepen er nog meer te zenden.

Daar meest al de magazijnen hier te lande slecht voorzien zijn van kruit, hebben de Staten-Generaal de admiraliteiten aangeschreven een partij van het onlangs uit O.-Indië aangekomen salpeter aan te koopen, hetgeen de admiraliteiten wel aangenomen hebben te doen, maar zij moesten eerst weten waar zij het geld vandaan zullen halen, daar de opbrengst der convooien en licenten (wegens het stilliggen van den handel, door de ziekte) van dag tot dag vermindert.

83. WICQUEFORT AAN FREDERIK III, 18 Oct. 1664»).

L'on fait courir le bruit qu'il y a desja longtemps que le capitaine Meppel qui commande une escadre sous le vice admiral de Ruyter en la mer Méditerranée, a ordre de se détacher de cette flotte-la, et d'aller sur la coste de Guinee, et que cette resolution a esté prise par fort peu de personnes, qui sé sont promis le secret pour cela. J'advoue que c'est une chose dont je n'ay point de connoissance; mais si cela est, ceux qui ont donné ces ordres ne seront point désadvoués.

84. WICQUEFORT AAN FREDERIK IU., 1 Nov. 1664').

L'on a proposé a la compagnie des Indes orientales, qu'elle feroit bien d'achetter de celle des occidentales ce que celle-cy possede encore en la coste de Guinée, avec ses pretensions contre les Anglois, et il y a de 1'apparence que ce traitté se fera, si de Ruyter est en ces quartiers-la, ou si l'on peut conserver le chasteau del Mina sanseela; paree que la première n'aura pas beaucoup de peine a prendre tout le reste de la coste sur les Anglois, ou de la leur rendre inutile, a cause de la grande despense qu'ils seront contraints de faire, en y entretenant continuellement un grand nombre de gens de guerre, et une puissante flotte, qui absorberont tout le profit. La compagnie des Indes orientales avoit abandonné 1'isle de Maurice, paree que ses vaisseaux se pouvoient raffraischir au fort qu'elle a auprès du Cap de bonne Esperance; mais elle s'est ravisée depuis, et elle y fait faire un fort,' de peur que les Francois ou les Anglois ne 1'oceupent, et paree que la situation en est fort advantageuse, a cause du voisiuage de la coste d'Afrique. II est certain que la compagnie des Indes orientales qui est a Londres, apprehende fort la rupture avec cet estat, et qu'elle a remonstré au roy d'Angleterre, qu'elle est entierement ruinée si l'on en vient la, paree que les Hollandois les ehasseront en une seule année

1) R. K. — R. H. — Uit den Haag.

Sluiten