Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

vivres pour les places que les Anglois possèdent en cette coste-la, et qu'ils auront bien de la peine a conserver faute de rafraichissements, et que cela est cause que les actions de la Compagnie Royale a Londres sont diminuées de 100 a 54. II y a icy advis certain que la barque qui porte a de Ruyter les ordres pour son retour, a passé le Cap de Lezard; de sorte que l'on ne doute point qu'il ne soit de retour a Cadix dans le mois procbain Cette nouvelle, et celle que l'on a eue en Angleterre du passage du navire que porte aux Indes orientales les ordres pour agir contre les Anglois en ces quartiers-la, a fort estonné les marchands de Londres, tellement que les actions des Indes y sont aussi diminuées de 30 %.

100: WICQUEFORT AAN FREDERIK III, 13 Jan. 1665 ').

Yendredi dernier un des deputés de Gueldre dit dans 1'assemblée qu'il jugeoit que l'on feroit bien de sonder le chancelier d'Angleterre, pour voir s'il n'y auroit pas moyen d'empescher la rupture entre les deux nations par son crédit, en 1'obligeant a s'y employer par un présent considérable. A quoy M. de Witt repartit que ce n'estoit pas de gayeté de coeur que la Hollande entre en cette guerre, mais que c'est avec regret qu'elle y engage les autres provinces, et particulièrement celles qui n'ont point d'intérêt au eommerce. Qu'il y a longtemps que 1'ambassadenr a eu un ordre secret de parler au chamcelier; qu'il 1'a fait en effet, et qu'il luy a offert jusques a 7 ou 800.000 livres, et qu'il seroit allé a une somme plus grande, mais qu'il n'y a point trouvé de disposition du tout. Que la Hollande a bien fait davantage, et qu'elle a fait offrir aux Anglois la liberté du eommerce en tous les lieux que la compagnie possède dans les Indes Orientales, et que cet Estat n'eutretiendroit qu'un certain nombre de navires pour la seureté de son eommerce, et que l'on ne feroit point d'armement ici, sans en donner connoissance en Angleterre; mais que tous ces offres avoient été inutiles.

Le mesme jour les deputés d'Hollande conseutirent aux représailles tant paree que ceux de Zeelande font de grandes instances pour cela, que paree que l'on ne se peut plus. desfaire de ceux qui ont esté pillés par les Anglois, et qui importunent icy tous les jours MM. les Estats. Néantmoins il fut resolu que l'on ne délivreroit point les commissions que l'on n'ait recu les premières lettres d'Angleterre, paree que l'on a eu advis que bien que le Roy de la Grande Bretagne ait fait publier une déclaration par laquelle il donne des représailles contre les habitants de ces Estats, et confisque les navires et les marchandises qui sont déja pris, l'on n'a pas encore délivré des commissions, et mesmes

1) R. K. — R. H, — Uit den Haag.

Sluiten