Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

que cela avoit été fait par ordre de 1'Etat, pour reeuperer ce que les Anglois avaient pris anparavant des inhabitaus de cet Etat surlacóte de Guinée. Un seigneur deputé de la province de Groningue en 1'asBemblée de Ix'ïl. P. m'a dit luy-meme regretter d'avoir esté séduit en cette affaire par le pensionaire de Witt; qu'il luy areproebéa sa barbe qu'il avoit-en cela commis une action frauduleuse tant contre 1'Etat que contre sa personne, 1'asseurant que plus jamais il ne 1'auroit dans le piege par telles et semblables tromperies; ledit sieur me soutenant que par telles turbations et procédés ineptes tels galants pourroient aisement transporter le païs a quy bon leur sembleroit, sans qu'on en scacbe a parler, m'alléguant d'abondance qu'il est impossible quant a present d'en faire correction et redressement, ne fut que l'Estat reviene a son vieu régime a cause que la plus part des membres sont assurez des astuces malicienses du pensionaire de Witt.

La plus grande crainte quy trouble nostre pensionaire de Witt et les siens est la peur qu'ils ont que les Anglois seroient plus tót prets et en posture en mer qu'eux, et que par ce moyen ils boucheroient les trous du Texell et du Vlie pour empecher la sortie des vaisseaux d'Amsterdam, de la Northollande et de Frize, et que par ainsi ils nè se pnissent joindre a ceux de Roterdam, de Zelande et a ceux qui font et feront rendez-vous dans les Wielingen, et empecber de former leur flotte en corps.

105. DOWNING AAN BENNET. 23 Jan. 1665').

Van Beuningen bath presented a second memoriall to the French King, further pressing his assistance according to their treatie. If France fails them theire hearts will sinke, but they hope and beleeve other waies. They hope to get their fleete to sea before his Majestie's, and if they can get men they make no doubt thereof, but they do not present themselves very fast to take on, and for those that were with theire fleete this summer they have no minde to go out againe, yea many of them choose rather to loose what is due to them, partly because of the hardships they endur'd, and because they say their captaines did not use them well as to their diett and accommodacion. They hope to have their fleete a hundred strong if not more, no certaine calculacion can as yet be made of theire number as to what they will be above the 72 capitall ships. They will have a list of all the seamen of their country with their places of abode; they are very angry at the detaining their seamen in England. I heare from Am-

1) R. O., Holland 174. — Uit den Haag.

Sluiten