Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

vaisseaux dans huit ou dix jours, que c'est une chose impossibie. Qu'ils vont envoyer encore 8 vaisseaux dans la Manche, paree que les 4 qui y estoient n'ont pu empescher les armateurs de ce païs d'y demeurer les maistres et d'y faire plusieurs prises fort importantes, et entr'autres de quelques navires qui venoient des Caribes et un de Smirne fort richement chargés, ce qui ne fait rien au gros de 1'affaire.

168. WICQUEFORT AAN FREDERIK III, 11 Juli 1665 i).

Sur la fin de la semaine passée les deputés qui sont au Texel prierent M.™ les Estats s'il ne seroit pas necessaire de mettre encore 50 vaisseaux en mer sans les 25 qui y estoient, et s'il ne seroit pas a propos de faire aller des deputés du corps des Estats dans la flotte, et de laisser aux chefs le choix des capitaines. Mais toutes ces propositions n'ont pas esté recettes, car M.re les Estats ont dit qu'il n'y a point d'apparence d'envoyer une flotte en mer, que l'on n'ait nommé une personne qui la commande en chef; ce qui ne se peut pas faire presentement. Que pour ce qui est d'y envoyer des deputés de l'Estat, que ce seroit une chose inutile, par ce qu'ils ne pourroient pas agir hors du vaisseau oü ils se trouveroient, et que ceux qui rencontreroient un capitaine qui auroit de 1'honneur, n'y pourroient rien faire, comme 1 autorité d'un deputé ne seroit pas capahle de donner du courage a un poltron, et qiie pour donner le choix des capitaines aux chefs, il faudroit changer la constitution de l'Estat, qui le donne aux admirautés; mais que tout ce que l'on pourroit faire, ce seroit de laisser aux admirautés la presentation, et que lors que les Estats Generaux donner°ient les commissions, ils se serviroient de 1'advis des chefs, qui connoissent le merite de ceux que l'on peut employer. Jusqu'icy il ne se presente personne qui sollicite la charge d'admiral, bien que toutes les autres charges du défunct soyent fort briguées, et l'on n'en fera point que de Ruyter ne soit revenu. L'on n'en a point de nouvelles, sinon qu'il escrit du 24 may d'aupres de 1'ile de Guadeloupe, qu'il alloit prendre le chemin de la patrie. Quand M. de Witt sera revenu l'on scaura dans quel temps la flotte sera preste, et ce que deviendront les capitaines qui sont prisonniers. II y en a de relaschés, pour s'estre bien justifiés, et il y en a d'autres, qui apres avoir esté examinés, ont esté plus resserrés, de sorte que l'on ne doute point que l'on n'en punisse quelques-uns de mort. Les deputés qui sont aux Texel font partie du conseil de guerre, mais ils n'y ont voulu avoir qu'une voix deliberative, et M. Tromp n'aura que faire d'y presider, paree que les Estats de Frise ont fait un lieutenant admiral de leur province, qui le doit

1) R. K. — R. H. — Uit den Haag.

Sluiten