Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

qui me sont venus de Provence vostre prochaine arrivée dans mes ports, et comme vous recevrez en mesmes temps mes ordres pour remettre mon armée navale en mer qui ont esté portez par le commissaire Brodart, je ne doute point que vous travailliez avec vostre zele accoustumé pour le bien de mon service a faire faire avec toute la diligence possible le radoub de tous mes vaisseaux, et au surplus a exéeuter ponctuellement mes dits ordres. Oependant je suis bien aise de vous faire scavoir que j'ai receu advis certain que les Anglois ont envoyé 20 frégates dans la mer méditerranée afin que vou3 vous teniez sur vos gardes, et mesme mon intention est que vous ne partiez point sans un nouvel ordre, lequel je vous envoyeray aüssytost que j'auray scu toutes les circonstances de cet advis. B n'y a gueres d'apparence que ces 20 frégates ayent ordre de demeurer dans la mer méditerranée, veu qu'ayant a soustenir une grande guerre dans les mers du deca la campagne procbaine, ils prendront plustost le party de rassembler toutes leurs forces que de les separer, et que ce destacbement n'a esté fait que par la necessité de ravitailler Tanger. Neantmoins, comme le contraire pourroit arriver, je donne ordre au S. Archevesque d'Ambrun mon ambassadeur en Espagne et au conseil de Cadix qu'en cas qu'ils eussent advis certain du passage dans la mer méditerranée de ces frégates, ils nous en donnent advis. Je seray bien aise de scavoir vos sentimens sur tout ce que dessus.

191. NIEUWSBERICHT UIT ROTTERDAM, 29 Jan. 1666 !).

Yours of the 7th I received this post and acquainted your corespoudent thereof but could not prevail so farr with him as to give me a littell money. Sir my condittion is so that my pen cannot express it so as it is, which if you knew I ame coufident you wold ordaine some other to advance me money. I send you here inclosed of what money I have receaved from tyme to tyme from your corespondent, with what charges I beene at in doing your business, whereby you may consider how poorlie I have helped myself in the tyme.

For news .the drumb bates here daylie for men but get few or none, the seamen of captain Jan' van Nes and captain Hackswant with the seamen of vice admerall Aert van Nes (which thrie wer under de Ruytters esquadrone in Guinee) wer all of them this weeck warned to compeare before the admeraltie court to receave so much as came to ther shares for booty of what they had robbed on the coast of Guinee, which caused no small joy amongst the seamen, but when they did see that no more as 2 months and 3 days pay was allowed to each of them, they wer licke to goe mad and spared not

1) R. O., News Letters 48. — Ongeteekend; hand B. — Adres: Smith te Londen.

Sluiten