Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

6 hommes et s'en vouloit retorner lorsqu'il veist les Anglois, ces MM. le forsserent 1'espée a la main, quoy qu'ils ne fussent que quatre, de passer outtre, et sans en venir aux extremittés, radoucirent le capitaine par 50 pistoles qu'il luy donnerent pour hasarder le passage et promesse de payer la rantson de tous en cas qu'ils fussent pris. II y a peu de gens qui ne fussent bien aise de trouver un pretexte honeste de se retirer, mais ces MM. avoient si grande envie de faire quelque chose de considerable pour rentrer dans les bonnes graces du Roy qu'il ont hasardé leur vie et leur liberté. Dieu les a benis et sont revenus en bonne santé après avoir acquis bien de 1'estime. M. de Busca a combattu anssi sur l'admiral de Ruyter, lequel s'en louefort.

On travaille ici avec grande diligence pour fortifier la flotte et racomoder les vesseaus qui ont esté endomagés. Si M. de Beaufort venoit a present dans le Canal, la jonction seroit bien aisée a faire.

287. JANOT AAN LIONNE, 18 Juni 1666 %

Après m'estre particulierement informé, je vous marqué que l'armée de Messieurs les Estats, qui avoit esté a 1'ancre selon ses ordres jusques au 10 du mois, d'ancrage en ancrage depuis le Texel se trouva a Schonvelde, d'oü elle partit le mesme jour et alla se poster et ancrer 8 lieues a la mer de la bouche de la Tamise, justement en veue de lunette entre le cap de Nort-Forland et la baye de Har wiek, oü elle ancra, et lors 1'ennemy parut.

Le 11 avant midi 1'ennemi (comme on a sceu depuis) se mit en ordre de combat et avoit un corps d'un peu plus de 60 grands navires, avoit le vent favorable et s'avanca vers les confederez, le vent estant assez rude et avantageux ce sembloit aux Anglois, pour venir a la charge sur lesdits confederez; mais, comme depuis l'admiral Ruyter a fort bien remarqué, la force et violence dudit vent ont prejudicie a 1'Angleterre en ce que leurs navires estoient a la bande, pensants monstrer le costé et se servir de leurs bordées; mais, comme lavague estoit baute, les batteries basses ne pouvoient servir et les hautes n'estoient que de petit canon, et au contraire les confederez se servoient de leur gros canon contre les annemis.

De plus, les Anglois ont une maxime de tirer haut pour demaster et degrader ceux qu'ils attaquent, et les Hollandois ait agi en gens qui veullent vaincre, sans se soucier de prendre des navires pour profiter.

A 12 heures dudit jour 11, plusieurs vaisseaux hollandois estant eucore a 1'ancre découvrirent les ennemis venant sur eux avec toutes leurs voilles, ceux qui lovioient a) et se soustenoient contre le vent se

1) A. E., Hollande 80, ff. 181—188. — Uit Middelburg. — Schrijver is de Fransche consul aldaar.

2) Aldus voor: louvoyoient.

Sluiten