Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

sadeur il y a longtemps, el qui a esté tenu fort secret jusqu'icy, partieulièrement depuis que l'on a advis, par un courrier qui arriva hier, que M. le Duc de Beaufort est arrivé a la Rochelle, et qu'il s'en vient droict icy. M™. les Estats avoient prié 1'envoyé de Dannemarc de leur donner les huit vaisseaux qui ont esté equippés a Amsterdam, pour en augmenter la flotte, mais ils ont eonsideré depuis que sans cela mesmes elle sera capable d'affronter celle des Anglois; ils 1'en ont fait remercier depuis, et permis que ces vaisseaux aillent au Sont. Les Estats de Zeelande donnent le commandement de leur escadre a Jean Evertsen, frere aisné de celuy qui a esté tué au dernier combat: dont ils ont adverty les Estats generaux, a qui cette resolution ne plaist pas paree qu'ils n'en ont pas fort bonne opinion. Ils font enterrer le deffunct aux despens de la province, luy font faire une tombe, donnent un vaisseau a son fils aisné, et font plusieurs autres advantages aux autres enfants. L'on disoit ;icy qu'il y avoit quelques capitains dans la flotte qui n'avoient pas fait leur devoir, et les deputés en ont voulu faire informer; mais l'admiral a declaré qu'il n'en scavoit pas un seul qu'il pust occuser de lascheté. Que les deux premiers jours il avoit remarqué quelques-uns qui ne tesmoignerent pas beaucoup de courage, mais que dimanche, après que les Anglois furent renforcés de 1'escadre bleue, il avoit fait venir tous les capitaines dans son bord, et leur dit qu'il avoit reconnu quelques lasches parmy eux, mais qu'il ne les vouloit pas noramer, s'asseurant que dans le combat qui se donneroit apparemment le lendemain ils feroient ce que des gens de bien doivent faire, paree que, s'ils ne le faisoient, il les feroit pendre dans le premier port oü il arriveroit. Qu'ils luy avoient prömis tous de bien faire, et qu'en effect il n'y en avoit pas un qui n'eust fort bien fait

J'ay oublié de dire que M™. les Estats, devant que de faire emmener Ascue, le firent venir dans une de leurs chambres, que l'on appelle de la Trefve, paree que celle de 1'année 1609 y fut eonclue, et d'autant qu'il ne scait point d'autre langue que la sienne et un pen de latin, ils luy firent dire par M. de Renswoude, qui scait un peu d'anglois pour avoir esté ambassadeur en Angleterre avec M. Boreel, qu'ils 1'alloient envoyer dans une maison de campagne, oü il seroit plus a repos et plus gayement qu'il ne seroit icy, et qu'ils esperoient qu'une bonne paix le delivreroit bientost de sa detention, paree que sans doute le Roy, son maistre, seroit bientost touché de pitié de voir deux nations voisines tellement acharnées sans sujet Ascue respondit qu'il n'estoit pas du conseil de son Roy pour pouvoir dire les raisons qui 1'obligent de faire cette guerre. Qu'il estoit soldat, et qu'il ne faisoit autre chose, sinon executer les ordres qu'on luy donne. Pour luy qu'il souhaittoit la paix et qü'il ne gaignoit rien a la guerre. II repeta aussy ce qu'il avoit desja protesté solemnellement par devant notaires, qu'il n'avoit pas esté d'advis que l'on separast la flotte pour

Sluiten