Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

en envoyer une partie au devant de M. le Duc de Beaufort, qu'il avoit appellé le Duc d'Albemarle a son secours, mais qu'il n'avoit point respondu au signal dont ils estoient convenus entre eux,' et qu'il ne se seroit pas rendu sans la mutinerie de ses gens. II demanda aussy permission d'escrire au Roy son maistre, laquelle on luy accorda, pourveu qu'il fist voir les lettres devant que de les cachetter.

242. VAN RUYVEN AAN WILLIAMSON, 26 Juni 1666

Je croy qu'aurez recu ma precedente écrite d'Amsterdam le 4 du courant comme aussi les autres d'auparavant. Apres avoir entendu du combat, fait entre la flotte d'Engleterre et de celle de cet Etat, je me suis transporté expres a la Haye pour m'informer de ce quy se passé pour le service de S. M., y ayant apris quoy que l'on a crié si hautement que les hótres avoient pris 14 vaisseaux des Anglois, l'on ne trouve pourtant plus que 7 pris. Les admiraux de Ruyter et Tromp veullent asseurer leurs H. P. qu'ils avoient de plus brulé et coulé a fond 17 a 18 vaisseaux, de sorte que les Bien seances *) font étatque les Anglois avoient perdu euviron 25 vaisseaux. L'on dit que les nötres ont perdu 9 vaisseaux, quoy que par force on ne veut confesser de n'avoir perdu plus que 4. Le coronnel Gent et plusieurs autres officiers de la flote temoignent que les Anglois ont fait extremement l)ien et agi en bon ordre, étants de cet avis, qu'en cas que la flote d'Angleterre avoit été si forte que la nötre, qu'elle 1'auroit entierement batuë; l'on dit que plusieurs de nos capitaines n'ont fait leur devoir au commencement de la bataille nonobstant que de Ruyter, pour induire ses capitaines a combatre et les eucorreger, leur remontroit qu'il valloit bien mieux mourir eombatant vaillament avec honneur, que d'etre pendu ignomineusement ou de suffrir une rude prison comme esclave. Le dit de Ruyter ayant écrit a leurs H. P. que ses vaisseaux etoient fort devalisez et que leur manquoit grandement des munitions de guerre, de sorte qu'il etoit obligé d'entrer dans le Wielingh, tout proche de Flissingues, sur quoy elles luy ont repondu et eommandé de n'entrer pas dans le Wieling mais de demeurer a croisser devaut les trous de 1'Etat, si aucunement faire se peut, pour ne donner occasion aux Anglois; qu'il avoit êté obligé de quiter la mer, et qu'elles luy envoyeront des munitions de guerre et toute sorte de provision; outre elles ont deputé le pensionaire de Wit avec trois autres membres de 1'assemblée vers Vlissingen, et ont ordonnées aux amirautéz respectives d'y cito trouver quelques-uns de leurs deputez pour visiter le desfaut des ammunitions et autres provisions quy leur

4) R. O., Holland 180. — Uit den Haag. 2) Spottend voor Hautes Puissances.

Sluiten