Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

II y a plus de 50 vaisseaux prestz d'aller en mer, n'ayants eu aucun dommage; mais il y en a 30 en trés mauvais estat, notamment ceux de cette province et les Frisons, qui sont non seulement desmatés, mais aussi j>ercés en plusieurs lieux, les Anglois ayants du canon de 36 et quelques pieces de 48 livres de balie.

Comme c'est le premier malheur qui soit arrivé a Ruiter depuis sa grande fortune, il est extraordinairement animé contre Tromp.

Hier les deputés des Estats Generaux arriverent. J'estime qu'ils travaillent a reunir les esprits dans la flotte avant de penser a la faire sortir.

Nous ne scavons pas quelle est la perte des Anglois, mais il est a craindre qu'ils n'ayent pas nombre de blesses, puisqu'ils demeurent sur cette coste, a moins qu'ils ne s'en soient deschargés dans quelques petits bateaux qu'ils peuvent avoir en Angleterre.

Comme je reconnois que la maladie contagieuse est a Flessinghes, j'ai refusé de donner mes certificats pour des hommes et des marchandises de cette ville-la qui vouloient aller en France, et, paree que on pourroit vous en faire des plaintes, comme si je voulois traverser la liberté du eommerce, je vous suplie de considerer que je n'ay eu cette retenue qu'a cause dudit mal contagieux.

286. D'ESTRADES AAN LIONNE, 12 Aug. 1666 »).

L'on me fait tous les jours des reproches de ce que nostre flotte n'est pas venue, et ils exagerent fort qu'on leur retient huict vesseaus dont ils auroient a present grand besoing. Les peuples avanceut plusieurs discours impertinens qui font assés remarquer 1'aigreur qu'ils ont contre nous.

Vous verrés dans la depêche au Roy *) 1'estat de touttes choses. Lorsque j'ay depeché ee gentilhomme, on ne scavoit pas le lieu oü estoient les Anglois. Ils sont venus depuis devant 1'embouchure de Flessingue et après devant la Meuse, et se font voir a present environ 70 voilles a la veue de Schevelin pour marquer leur victoire. Ils tiennent la routte du Nord. Ils trouveront de grands butius a faire, la pluspart des marchans ayant escrit a leurs correspondans pu'ils pouvoient faire partir leurs vesseaux pour venir au Tessel.

La flotte des Indes court aussi beaucoup de risque, si les galiotes qu'on a depeché depuis la perte de la bataille pour leur en donner avis ne les rencontrent pas.

Le Roy de Danemarc a esté aussi averti de mettre sa flotte a couvert.

1) A. E., Hollande 80, ff. 359—'60. — Uit den Haag.

2) D'Estrades IV, 413.

Sluiten