Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

le secretaire de 1'admiralité lequel m'a dict qu'ils ont plus de 30 vaisseaux maltraités et beaucoup endommagés prineipalement les vaisseaux de leurs admiraux de tellement fracassés qu'ils seront obligés d'en prendre d'autres a leur sortie en mer, laquelle ne serat pas encor en trois semaines; il dict ausi qu'ils ont perdu plus de 3000 de leurs gens, leurs principaux officiers et leurs meilleurs mattelots, et en effect je n'ay plus veu des ces enragés ou endiablés que j'ay veu du passé. Ils ne travaillent pas avec 1'animosité et le zele accoustumé; il leur faict plus de mal d'avoir esté si infamement cbassés (comme ils avouent hautement) avec une perte de vaisseau que s'ils en auroient perdu trente.

Ils sont fort en peine oü trouver du monde pour mettre sur leur flotte. Ils ne se promettent pas la victoire au premier rencontre -qu'ils auront avec leurs ennemis, mais,ils disent qu'ils tacheront de bien battre; ils attribuent la perte derniere a la mesintelligence qu'il y a eu entre les deux amiraux; le pensionaire de Witt les a tellement quellement mis d'accord, ils souhaitent fort icy que l'on feroit avec eux comme en Angleterre, de mettre les deux admiraux sur un vaisseau.

II y a eu hier a Vlissing dix mattelots tués, les uns reprochaut aux autres qu'ils auroient fui et que ce n'etoient que des coions, prineipalement les Zelandois; cela y a causé un grand tumulte.

Je tacheray de vous donner plus de particuliarités dans quelques iours car j'iray demain on après sur un des vaisseaux de la flotte, y etant prié par un capitaine qui est de 1'esquadre de de Rutre et avec qui j'ay faict cognoissance hier.

294. CHARISIUS AAN BIERMAN, 16 Aug. 1666 »).

L'on fait icy tout 1'effort possible pour redresser ceste flotte, et la mettre au plus tost en mer, pendent que les Anglois font des bravades sur ces costes, et exercent la patience de eest Estat par plusieurs semblences de vouloir mettre pied a terre et faire quelcque invasion, a quoy ils ont avec eux les instruments necessaires a scavoir des centenes des petits batteaux et chaloupes pour mettre des gens a terre, et l'on croit qu'ils en auroient desja fait quelque essay a 1'entour d'icy, s'ils eussent osé s'hazarder a cause que ces costes sont fort mal aisees a aborder, et encore plus dangeureuses a s'en retirer, si l'on n'a parfaitte connoissance des banckes de sables, et prend le temps du flux et reflux, de sorte que cela les auroit retardé et changé leur mesure. II n'y a point de doubte qu'ils soyent informés qu'il y auroit un bon butin icy a la Haye, et encore proche du costé de la mer aux deux comtoirs des Estats Generaux et d'Hollande, s'ils

1) R. K. — R. H. — Uit den Haag.

Sluiten