Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

du courtier qui estoit venu de la cour le jour precedent et qui fut renvoyé dès le lendemain. Je ne doute point qu'il ne lui ait dit 1'estat oü il a trouvé et laissé la flotte, de sorte que sur cela, a ce que j'ay appris, l'on pourra prendre des resolutions pour la canjonction avec l'armée navale du Roy. Tout le monde croyoit qu'elle rentreroit en mer dans fort peu de jours, veu que lorsque les deputés de l'Estat y arriverent, ils voulurent obliger M. de Ruyter a y rentrer avec 70 vaisseaux, avec lesquels l'on jugeoit qu'il pouvoit affronter les Anglois, puisqu'ils avoient renvoyé 22 de leurs plus grands vaisseaux; mais il allegua tant de difficultés, qui'1 estoit facile de juger qu'il n'en avoit pas grand'envie, par ce qu'il ne se pouvoit pas asseurer de 1'obeissance de M. Tromp. Et il avoit raison, paree que celui-cy refusa mesme d'aller a son bord, au signal qu'il donna, pour y faire venir tous les officiers, lorsque les deputés de l'Estat y arriverent. M. de Wit dit a son retour, en faisant son rapport aux Estats Generaux, qu'il les avoit raccommodés, qu'il les avoit fait boire l'un a 1'autre, que Tromp tesmoignoit estre satisfait de ce que de Ruyter avoit protesté qu'il ne 1'avoit jamais traitté d'infame, ou comme l'on dit icy de schelme, et de traistre de la patrie, et que si, dans 1'emportement de ses premiers mouvements, il avoit dit quelque chose qui le pust fascher, comme quand il 1'avoit fait sortir de son vaisseau, il en estoit bien marry: de sorte que s'il y restoit encore quelque mescontentement, le temps acheveroit bientost de 1'effacer. M. de Wit y adjousta qu'il s'estoit adroitement servy de la desobeissance de Tromp, lorsqu'il refusa d'aller au bord de l'admiral, pour le porter a, 1'accommodement avec de Ruyter, par ce qu'il lui fit entendre qu'on le renvoyeroit au conseil de guerre, pour luy faire son procés, a caux de sa desobeissance, et particulierement s'il continuoit de refuser d'obéir a tous les ordres du general aveuglement. Que Tromp lui avoit dit qu'il scavoit bien que le signal que l'on avoit donné estoit un ordre general, auquel il estoit obligé de desferer, mais que l'admiral luy avoit defendu de rentrer jamais dans son vaisseau, que ces defenses estoient particulieres a son égard et que, quand elles seroient levées, il obéiroit, et qu'en effect M." les deputés 1'avoient meué dans le vaisseau admiral. Mais, quelque chose que M. de Wit ait dit de cette reconciliation, il y a de 1'apparence qu'il a jugé qu'en 1'estat oü sont les affaires, l'on ne peut pas confier le commandement de la flotte a ces deux chefs, estant divisés au poinct qu'ils le sont, et que c'est la le véritable sujet du voyage qu'il est venu faire en cette ville. Et de fait devant-hier tant les Estats Généraux que ceux d'Hollande receurent des lettres de M. Tromp, qui font bien connaistre que, bien loin d'estre satisfait, il veut porter son ressentiment si haut, que je ne scay pas si on le pourra contenter. Ces lettres ont esté supprimées, et tout ce que l'on en a pu scavoir

Sluiten