Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

est qu'il dit qoe MM. les Estats ne peuvent pas trouver mauvais qu'il se dispense de leur rendre le service qu'il leur* doit, tant qu'on le traitera de .schelms ou d'infanie, paree qu'il est incapable de commander qu'il ne se soit justitie, et qu'on ne lui ait douué satisfaction. Qu'au dernier combat il a fait tout ce que l'on peut désirer d'un homme de bien, dont il a 8000 tesnioins, et que M. de Ruyter n'en pourroit pas produire autant pour sa justifieation; mais qu'il ne peut pas nier qu'il a demeuré immobile avec le gros de la flotte plus de deux heures, pendant que 1'avant-garde estoit desja aux mains, et que cela fut cause que luy, qui commandoit 1'arrière-garde, et ne pouvoit pas faire voile qu'après l'admiral, ne put pas secourir les Zeelandois et les Frisons, et fut contrahit de s'attacher a 1'arrière-garde des Anglois, laquelle estant composée de 34 vaisseaux, il croit avoir rendu grand service a l'Estat, et avoir puissamment secouru de Ruyter, en coupant avec 22 . vaisseaux un corps si considerable du reste de la flotte angloise. Bankert, qui depuis deux jours a esté fait lieutenant admiral de Zeelande, a dit la mesme chose, et il est certain que tous ceux de d'avant-garde et de 1'arrière-garde tiendront le mesme langage. Ce qui a achevé d'aigrir Tromp est la resolution qui a esté prise icy, il y en a qui jugent que c'est avec un peu de precipitation, que de Ruyter seroit remericé de la part de l'Estat du service qu'il a rendu en la dernière occasion, pendant que l'on resolvoit que l'on informeroit contre les chefs et les capitaines qui y ayoient manqué a leur devoir: ce que Tromp croit avoir esté fait a cause de luy; comme en effect e'estoit 1'intention de la ville de Rotterdam, qui est celle qui en a fait la première ouverture, pour en venir-la. Mais ce n'est pas la le tout. M. Tromp, qui a beaucoup de coeur, et pas tant d'esprit, et qui est d'ailleurs dans les interests de la maison d'Orenge, par une inclination que l'on pourroit appeler brutale, sans lui faire tort, se laisse conduire par des gens passionnés, qui sont capables de le portera des resolutions desordonnées et dangereuses. Et le mal est que cette animosité commence a se communiquer aux matelots de l'un et 1'autre escadre, et se degenerera en faetion, si l'on n'y remedie de bonn'heure. Je ne scay pas si M. de Wit le pourra faire, paree qu'encore qu'il soit fort equitable, M. Tromp le considere comme le plus grand ennemy qu'il ait, paree qu'il hait M. de Wit mortellement, et ainsy il ne pourra pas vaincre le prejugé qu'il trouvera dans son esprit. Aussy s'en trouve-t-on fort embarassé icy, et c'est presentement 1'objet des plus serieuses déliberations des Estats d'Hollande, qui setrouvent bien empesehés, paree qu'ils considerent bien qu'il sera trés difficile de reconcilier ces deux esprits, que n'estant point reconciliés, ils ne peuvent pas commander tons deux, que l'on n'en peut pas dispenser Tromp sans desobliger la pluspart des natelots, et l'on ne peut pas oster le commandement a de Ruyter que l'on n'oste a la

Sluiten