Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Het eene van de twee Engelsche schepen was zijn fokkemast kwijt, en de Engelsche wisten niet anders of zij waren van hun eigen vloot beschoten, en begonnen uit één mond te roepen: you doys, you rogues, place your anchor in the ground. Toen de Engelschen bespeurden dat wij niet ophielden met schieten, hoorden wij roepen: Hollanders geef kwartier; het schip zinkt. Toen hielden wjj op met schieten en stuurden er twee galjoots op af die het volk aan boord namen, en vervolgens twee branders die er den brand in staken. Elk van de beide Engelsche schepen was er een van 60 stukken. Toen het dag werd zagen wij van de geheele Engelsche vloot niets dan deze twee schepen. De Hollandsche vloot is dien dag het Kanaal ingeloopen. De Engelsche vloot kwam er achter aan, waarop de Ruyter een schot gaf en wendde; hij liet de bloedvlag van de kruissteng waaien ten teeken dat alle kapiteins zich gereed moesten maken tot het gevecht; toen de Engelsche vloot dat bespeurde wendde zij en liep naar Duins; de Ruyter liep met de Hollandsche vloot verder het Kanaal in.

329. LODEWIJK XIV AAN DE BEAUFORT, 28 Sept. 1666 l).

Mon cousin. Vostre prompte entrée dans la Manche en exécution de mes premiers ordres vous ayant empesché de recevoir tous les nouveaux que je vous avois envoyé par divers courriers, vostre plus prompt retour a Brest vous aura pareillement empesché de recevoir ceux que j'avois envoyé a Dieppe. Et comme ce defaut d'ordre vous aura donné de 1'inquietude vous en serez a present delivré par le grand nombre que vous recevrez, ce qui servira au moins pour vous faire connoistre qu'en toute autre rencontre oü il se trouvera moins de précipitation vous ne manquerez pas d'estre bien informé de mes intentions. II ne me reste qu'a vous dire que j'ay esté trés satisfait et de vostre entrée dans la Manche et de la prompte resolution que vous avez prise de vous en retóurner a Brest, et encore plus du bonheur qui a accompagné mes armes dans une rencontre si délicate et si importante; a présent qu'il y a quatre jours entiers que vous estes party de la rade de Dieppe sans avoir receu advis d'aucune rencontre, je puis esperer que vous estes pres du Brest, ce qui n'oblige de vous depescher ce courrier expres pour vous dire que j'ay donné des ordres au sieur comte d'Estrades mon ambassadeur extraordinaire en Hollande de traicter avec les Estats sur ce qui est a faire pendant le reste de cette campagne. Et en attendant que je vous envoyé mes ordres en exécution de la resolution qui sera prise, je desire que vous mettiez mon armée navalle en seureté soit dans la rade de Brest soit ailleurs oü vous estimerez pour le mieux, en sorte qu'elle ne puisse estre forcée .au combat contre des forces inégales; que vous fassiez visiter tous mes vaisseaux après qu'ils seront rassemblés, que vous fassiez désarmer

1) A. N., Marine B2 3. — Uit-Vinceunes.

Sluiten