Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

avec asseurance 1'endroit oü l'armée des ennemys pourroit estre attendue, et celle qu'il seroit certain qu'en cas qu'elle en sortit pour venir au Ouest, celle d'Hollande la deust suivre immanquablement, sans 1'infsillible certitude de quoy, ce seroit commettre l'armée du Roy, de venir seulle, non encore com plette, aux mains contre toutes les foaces des Anglois. Ce qui ne doibt tomber dans le bon sens que la France risque derechef sa marine naissante comme elle a fait la campagne derniere, fautte que l'armée de MM. les Estats n'ayt pas bien gardé ses mesures.

Et il est a remarquer sur cet article que 1'assemblée des Anglois a 1'isle de Wigt ou a la Tamise change entièrement les resolutions qui sont a prendre, paree que si les Hollandois ne nous aitendoyent qu'au dela du pas de Calais, et que les autres fussent a 1'isle de Wigt, ils ne pourroyent pas empescher que les ennemis ne leur puissent desrober leur marche, et ne nous vinssent combattre avant qu'ils en eussent eu une entière cognoissance, et mesme qu'ils les pussent suivre assez a temps pour nous garantir de quelque escbec.

Car les raisons cy-dessus le meilleur party est que la France oblige les Hollandois qu'ils fassent faire la première demarche a leur armée dans la Manche jusques aux environs de Pontrieux ou des Sept Isles avec ordre d'éviter le combat avant la jonction, ce qui sera d'autant plus facile si leur armée est assemblée avant celle des Anglois, et si quelques-uns de leurs vaisseaux manquoyent a estre prêts, l'on croit qu'il vaudroit mieux les laisser jusques au retour pour prendre 1'occasion de passer la Manche des premiers, bien asseuré que par la jonction de l'armée du Roy on emportera la balance.

Que si les Estats repugnent a faire passer la Manche a leur armée pour venir joindre le pavillon du Roy oü il est dit, et ne les y ayant pu engager par d'autres moyens, il semble que Pon pourroit leur offrir dès cet hyver 10 ou 12 vaisseaux des nostres qui feront avec ceux qui s'arment chez eux pour S. M. le nombre de 20, avec 5 bruslots; si mieux ils n'aiment faire passer de 9a dès le mois de febvrier 40 de leurs bons vaisseaux avec les 6 ou 8 du Roy pour joindre son armée, laquelle en ce cas pourra entreprendre la route de la Manche et mesme jusques en Zeelande joindre l'armée des Estats, bien entendu que la jonction des detachements, tant des vaisseaux francois qu'hollandois, se fasse dans le mois de febvrier prochain.

II est done de grande importance de concluer au plustost la maniere des dictes jonctions, et tenir pour certain que si l'armée des ennemis met en mer la première, elle les empeschera, et obligera les uns ou les autres a un combat douteux, et quelques advis que l'on se pourra donner de France et de Hollande, les Anglois estans en mer les premiers au mois d'avril, traverseront toutes les mesures qu'on

Sluiten