Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

un usage qui n'est pas encore connu en France, c'est que, comme tout leur chanvre yient presque tout pegné et qu'ils n'en peuvent pas tirer la quantité' d'estoupes qui seroit necessaire pour le radoub de leurs vaisseaux, ils prennent pour eet effet de vieux cordages goudronnez qu'ils remettent d'abord en filet et les font ensuitte bouillir dans 1'eau pour les mettre plus facilement en filasse, dont ils font leurs estoupes, qui doivent estre bien meilleures et de plus de durée que celles dont on se sert en France, en ce que celles icy ne sont faittes que du rebut et de la paille du chanvre, au lieu que les autres sont du chanvre mesme, qui a toutte sa longueur et qui de plus est bien imbue de goudron.

Quant aux autres agrez, je diray, pour ne point alonger ce discours, qu'a 1'esgard des voiles et des poulies, il n'y a pas grand chose a remarquer. Leurs voiles se font de toile de chanvre extremement forte, qu'ils acheptent chez les marchands a mesure qu'ils en ont a faire'. Chaque vaisseau porte 3 ieux de voile; leurs poulies sont de gajac et se font dans 1'Arcenal.

Pour ce qui est des ancres, tout le monde scait que la Hollande est le pays du monde oü on les travaille le mieux, mais, comme on a fait venir plusieurs maistres en France de ce pays-la pour conduire les forges des arcenaux du Roy, il est iautile d'en dire davantage sur cette matiere. Ils en portent huit ordinairement sur leurs vaisseaux. Un Combien les bastiment de 50 a 60 pieces de canon en aura 3 de 4000 livres chacune, a'HoUanX x0 qui reviennent a 48 quintaux poids de Provence, 2 de 3800 livres, 2 de tent d'ancres' 1000 livres et un petit de 250 livres.

Quant a leur artillerie, ils mettent ordinairement aux vaisseaux De leur artü de 50 a 60 pieces de canon 24 pieces de 18, 6 de 24,12 de 12 livres de lerieballes et le reste de 4 et de 6. Et je diray, a propos du canon, qu'au vaisseau de 1'Amiral ils mettent une petitte piece dans les galleries qui flanquent le vaisseau de chaque costé, et qui seroit d'un avantage merveilleux dans un abordage. Ils portent dans leurs vaisseaux quel- Des feu* ques feux d'artiffice, comme grenades, qu'ils envrionnent de balles de d'artmcesmousquet coupées et attachées tout autour avec des fillets. Ils se servent aussy de petïts barillets oü ils attachent des grappins pour jetter aux voilles, et ils ont outre cela des pots remplis d'une drogue d'une puanteur espouvantable et capable de faire crever tout un equipage quand cela est jetté dans un vaisseau. Mais ils ne s'en servent point, de peur que le mal qu'ils voudroient faire aux autres ne leur arrivast, si par malheur cela venoit a crever chez eux.

Pour ce qui est de leurs armes, je diray seolement qu'ils ont, Des armes. comme en France, des mousquets de toutes sortes de calibre bien faits et bien montez, mais extremement pezants, qu'ils ont des coutelas, des pistolets et touttes les autres armes dont on se sert ordinairement sur les vaisseaux. Mais ce qu'ils ont de particulier, an moins que je

Sluiten