Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Car en Angleterre ils divisent les diverses grandeurs de leurs navires Vaisseaux dis- en 6 ranga differents, dont le premier comprend ceux qui ont 92 a 100 tmgrangsen 6 pieces de canon, le second rang 60 a 86 pieces de canon, le 3e de 56 a 60 pieces, le 4e de 34 a 54, le 5e de 22 a 34, et le 6e de 14 a 18 pieces de canon. Le Navy Office envoye dans les ports oü ils sont les oudres qui sont necessaires pour les armer dans le temps auquel il faut qu'ils soient prests, ce qui se fait en trés peu de temps, paree qu'ils ont des estats reglez pour chaque vaisseau de ce qu'il leur faut, oü il ne manque pas la moindre ustancile. Si le voyage qu'ils doivent faire n'est pas grand, on ne leur donne que simple apareil, et s'il doit estre plus long, on leur donne le doublé et le triple pour qu'ils ne soient point obligez de relascher dans quelque port, faute d'avoir ce qui leur seroit necessaire. En mesme temps, M.™ du Navy Office donnent ordre de faire conduire dans tous ces ports les provisions qui doivent servir dans eet armement. Cet ordre s'adresse au munitionnaire general, qui est un homme ou une compagnie de Comme se fout marchands avec qui le Roy fait marché pour fournir de vivres a tous les victuailles. ies vaisseaux, comm' aussy de chandelles, d'huille, de bois, de bidons, corbillons et gamelles, moyennant 8 sols de France pour chaque homme quand ils sont en mer, et sans aucune distinction de rations, le capitaine en ce rencontre n'estant pas mieux traitté qu'un simple matelot. Et, lorsque le navire est dans le port, soit en attendant le temps propre pour partir, ou lorsqu'il est obligé de revenir pour se radouber, le Equipage nour- munitionnaire nourrit tout 1'equipage de viande fraische moyennant rie de viande g sois monnoye de France par teste, et ce pour ne point consommer

fraische dans le * . ... -iitv.

port. inuhlement les vivres qui desja sont embarquez et esviter lemoarras des remplacemens.

Les magasins du munitionnaire sont establis en plusieurs endroits differents, comme a Londres, a Porchemut et quelques autres lieux d'oü il puisse facilement les transporter oü elles sont necessaires. Dans tous ces endroits, il y a des commis que le Roy paye, comme aussy tous les officiers qui luy sont necessaires. Je dirois bien icy quels ils sont et les gages qu'on leur donne, mais, jusques a ce que je sois instruit de leurs fonctions particulieres, il sera inutile d'en parler. Le principal, c'est de scavoir celny qui est dans chaque vaisseau pour avoir soing de distribuer les rations, et quel ordre est estably pour De 1'ordre qu'il les victuailles. Si elles ne se trouvent pas bonnes, sur la plainte de ^fetuauies88 1'equipage, on en fait un procez verbal en presence du commis et on les jette a la mer. Et, en cas qu'elles vinssent a manquer, soit par cette raison ou par d'autres, en quelqu'en endroit que le vaisseau relasche, le commis aux vivres doit trouver sur le credit du munitionnaire par le moyen des correspondances qu'il a et des lettres qu'il luy donne, tout ce dont il peut avoir besoing, en sorte que le vaisseau ne puisse manquer de rien, quelque grand que doive estre son voyage. Si 1'on

Sluiten