Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

vaisseaux qui ne font plus gueres de feu, ils envoyent aux uns des bruslots a la faveur du canon, il vont aborder les autres. Mais ils ne sy hazardent pas qu'ils ne les reconnoissent trés foibles, paree qu'antrement leur opinion est, ou que l'on est vigoureusement repousse', ou quen se rendant maistre du vaisseau ennemy on perd bien souvent le sien, ou qu'enfin le victorieux, ayant mis une partie de son equipage snr celuy qu'il a pris, il n'est plus en estat de rendre service ny de se deffendre, et qu'ainsy tous les deux perissent quelquesfois par 1 armee d'un bruslot.

Lorsque ces combats se donnent dans le Manche ou prés des costes d Angleterre, comme tous ceux qu'ils ont eu avec les Hollandois, il y a tousjours de petits vaisseaux qui vont et viennent pour aporter a armee toutte sorte d'agrez et de munitions de guerre et pour porter les malades a terre.

Quand il s'est donne' nn combat de cette nature, il est impossible c« qu'on fait que 1 armee n'en revienne un peu maltraittée. C'est pourquoy elle ne itsquè'rarméë songe plus qu a se retirer pour desarmer entierement ou du moins pour 884 "Mfcée de se radouber, afin de se pouvoir mettre en estat de retonrner en mer. qu^feat" four lors, comme elle est obligée de prendre le premier port qu'elle pre88ëe devenir rencontre, on envoye des officiers dans tous ceux oü les vaisseaux se rad°"berpeuvent retirer, dans lesquels on fait des magasins extraordinaires. Les omciers que l'on envoye pour eet effet sont premierement un principal agent lequel a la direction de tout, nn maistre bastisseur pour le radoub, et un commissaire pour faire un procez verbal de 1'estat oü il trouve les vaisseaux. Cela se fait aussy quand 1'arme'e a essuyé quelque mauvais temps et qu'elle est obligée de relascher. Mais, dans 1'ordinaire, quand un vaisseau revient pour desarmer, 1'ordre qu'il doit garder est L'ordre que

llmirairlu'^/'^r *?* aUCUn.P?rt' 11 faut do-« *™ * ~£?<£* lamirai ou au JNavy Office de son arnvée, qui luy fait scavoir aussy- » ™«ent pour

tost le port oü il doit aller desarmer pour remettre son vaisseau entre de8armerles mains des officiers quy y sont. II faut aussy qu'il ait soing de faire avertir ces officiers de bonne heure, afin qu'ils ayent le temps de se preparer a recevoir le reste de ce qui est a la charge du canonnier, pour quil soit deschargé en entrant dans le havre. Et, a 1'esgard des autres provisions et munitions, le capitaine ne doit point sortirdeson Dord que tout ne soit en seureté.

Le vaisseau n'est pas plustost entré dans le port, qu'il arive un Comme sePaye commissaire de 1 Admirauté pour payer 1'equipage. On l'assemble ordi- ^uipage. nairement dès le lendemain, et chaque matelot aporte ses tiquets signez da capitaine, en vertu desquels ils recoivent ce qui leur estdeu.après neantmoms que le pureer a esté payé de tout ce qu'il leur a fourny durant le voyage. Quant aux officiers, ils ne recoivent rien qu'ils n'ayent auparavant rendu compte de tout ee dont ils ont eu le maniement, affin que, sil se trouve qu'il y ait quelque chose de perdu ou gasté par leur

Sluiten