Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

et qu'il s'estend davantage. J'ay veu au mesme Wolwich une corderie comme celle de Chatan, et un atelier, mais peu considerable, il y a pourtant deux Doks assez beaux dans lesquels il y avoit deux vaisseaux au radoub, scavoir le Bristol et le Deptfort. II y avoit encore a la rade de ce port une fregate appelle'e le RuUa. II faut encore observer avant de finir sur la corderie de Chatan et des autres qu'il y a un maistre qui a 1'intendance des chanvres et de tous les cordages et qu'il a 70 livres sterlin de gages. II a encore un clerc au dessous de luy qui a 25 sols par jour. Ce maistre cordier tient un registre particulier de tout ce qui se passé dans la corderie dont il a la direction, et géneralement de tout ce qui regarde les chanvres et les ouvriers qui y travaillent.

29. II n'y a point de prix fait pour les menuisiers, ils travaillent tous a journées. Les maistres ont 24 sols, les garcons 18 a 20 suivant qu'ils travaillent, bien que le maistre charpentier estime leur travail, estant dans 1'arsenal Tarbitre et le juge de ce que vallent les ouvrages debois, et de ce que merite chacun pour sa journée, qui est payée on plus on moins suivant le rapport qui en est fait aux commissionnaires. On fait quelquesfois des prix faits pour les poulies, le mesme maistre charpentier faisant un prix fait pour toutes les poulies d'un vaisseau. Mais, pour 1'ordinaire, les poulieurs travaillent a journée, et ont 25 sols par jour, les lanterniers mesme chose. Pour la seul pture, c'est toujours un prix fait; on sait que luy donner pour un tel ou un tel ouvrage de sculpture et tant par figure suivant sa grandeur.

30. J'ay parlé de toutes les fonotiems des mestiers en respondant a tous les articles de mon instruction, ainsy je n'ay rien de particulier a dire maintenant sur eet article. Quant a la diligence pour les constructions ou pour exciter les ouvriers au travail, j'ay dit on parlant de 1'atelier de quelle maniere on y oblige les ouvriers a faire leur devoir. Pour la grande ceconomie, j'ay remarqué encore qu'il ne la faut point chercher parmy les Anglois, et qu'il n'y a rien a adjouter aux lezines des Hollandois. Ainsy je ne m'arreste pour respondre a eet article de 1'instruction qu'a faire le denombrement des officiers de marine qui sont dans 1'arsenal de Chatan, leurs gages, leurs foneticus et la maniere dont ils payent leurs ouvriers. II y a en premier lieu deux commissionnaires generaux qui ont 350 livres sterlin de gages. Ils commandent dans ledit arsenal et rendent cependant compte de tout au Navy Office. Au dessous de ces deux commissionnaires generaux, il y a deux maistres d'intendance qu'on apelle, qui ont le soin et la conduite de tous les vaisseaux qui sont dans le port; ils ont 100 livres sterlin de gages. II y a ensuitte trois commissaires qu'ils apellent cferJte, dont 1'un a le soin d'observer les ouvriers et de les faire observer par le clerc qu'il a soubs luy. II fait encore le compte et

Sluiten