Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

1'armée navale en estat au plustost et de la faire de 70, et a ce que les autres disent jusques a 90 vaisseaux. Que pour eet effect on levera jusques a 25.000 matelots, et que l'on la montera de 20.000 soldats, et paree que pour eet effect il fatidra payer les vaisseaux que l'on attend de la mer Mediterranée et d'ailleurs, l'on ne paye plus rien a 1'eschiquier ou épargne du roy; ce qui estonne fort les banquiers, orfevres et marchands, qui ne payent plus rien du tout. Que l'on y parle de plusieurs millions que la France donne a 1'Angleterre pour eet équippage, et que cela fait murmurer le peuple, comme estant contraire a 1'intention du parlement qui en accordant buit millions au roy a entendu qu'ils serviroient a 1'execution de la triple alliance; que l'on ne voit pas toutefois qu'au change il vienne beaucoup de remises de Paris.

II court icy un bruit, que M. le prince d'Orange ayant rencontré M. de Wit au greffe des Estats Generaux, luy avoit demandé devant hier, s'il luy conseilloit d'accepter la charge de capitaine general aux conditions que la Hollande le desire, et que M. de Wit luy auroit dit, qu'il ne le luy conseilloit pas. Mais la verité est, qu'il y a plus d'un mois, et avant que l'on eust parlé de cette affaire dans 1'assemblée des Estats de Hollande, le prince luy demanda s'il devoit accepter eet employ, si on le luy offroit pour un temps, iet que M. de Wit luy dit, qu'il luy conseilloit de se contenter de 1'employ qu'on luy vonloit donner de premier deputé en campagne, et que dans 1'autre il y avoit plusieurs difficultés, qu'il luy representa. Sur quoy le prince luy demanda devant hier, s'il estoit encore dans le mesme sentiment, et M. de Wit luy dit qu'ouy, mais comme ce n'estoit pas la un lieu oü l'on pouvoit parler de cett'affaire, il le verroit chez luy au sortir de son disner- Ce qu'il fit, et il luy dit alors, que les affaires estoient bien changées depuis leur premier entretien, et qu'il jugeoit, que puisque M.™ les Estats de Hollande le luy offroient, il ne le devoit pas refuser. L'on ne scait pas ce qu'il fera, paree que les six provinces persistent a le vouloir faire capitaine general a vie, et la Hollande de son costé ne veut pas changer sa resolution.

LU WICQUEFORT AAN FREDERIK Hl, 26 Jan. 1672 l\

Le 23 de ce mois les Estats de Hollande furent en corps dans 1'assemblée des Estats Generaux, oü ils declarerent et firent enregistrer, qn'ils ne pouvoient plus rien faire sur ce que portoit 1'advis de leur province, et aussy que l'on ne pouvoit plus rien desirer d'eux. Quils estoient resolus en toutes les manieres d'en demeurer la, et de se

1) Ft. K. — R. H. — Uit den Haag. — Vgl. Japikse, Brieven van Johan de Witt IV, 268. — Een hierop volgende brief van 6 Febr. 1672 is de laatste van Wicquefort die in de Deensche» archieven aanwezig is.

Sluiten