Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

la jonction seroit faite. Cependant, le vent n'ayant pas permis a M. le comte d'Estrées de lever 1'ancre ce jour-la, elle a esté remise au mardy, et quelque desir qu'eftt- le Roy d'Angleterre de voir cette joinction, néantmoins 1'advis qu'il avoit receu que six heures après que ses vaisseaux furent partis du Gounnefleet, la flotte Hollandoise, composée -de 72 vaisseaux de guerre y arriva, et que, sans s'arrester aux Dunes, elle avoit continué a faire voile du costé de Portsmouth, ayant obligé ses ministres a luy representer combien cette cnriosité nuiroit au bien de ses affaires, et qu'elle pouvoit mesme 1'engager a une retraite devant les ennemis, ou exposer sa personne a 1'evenement incertain d'un combat de mer, il fut enfin resolu que le duc de Boukinghem, les comtes d'Arlington et d'Oxford et le mylord Clifford iroient a bord de M. le duc d'Yorck pour 1'informer des intentions dudit Roy, qui, ayant bien voulu que j'assistasce au conseil qui seroit tenu sur ledit vaisseau pour y deliberer de ce qu'il y auroit a faire pendant la campagne, je me rendis avec lesdits ministres sur le bord du Prince, oü a peyne fusmes nous arrivés, que les vaisseaux de V. M. voguans en trés bon ordre, le vice-admiral a leur teste, passerent a la portée du pistolet de l'admiral d'Angleterre, le saluerent et furent salués en la maniere qu'il avoit esté concerté, et la joye fut d'autant plus grande parmy les Anglois qu'il est indubitable qu'ils auroient esté battus si les. Hollandois les eussent pu joindre auparavant cette jonction. M. le Comte d'Estrées s'estant rendu peu de temps après avec MM. du Quesne et de Rabesnières, ils fenrent receus de M. le duc d'Yorck et de tous les principaux de la flotte avec toutes les marqués d'estime et d'amitié qu'ils pouvoient desirer, et, après avoir disné il fut tenu conseil, dans lequel ledit S.' comte d'Estrées ayant pris sa place au dessus du comte de Sandwich, vice-admiral d'Angleterre, on commenca a examiner le capitaine et le maistre d'un vaisseau hambourgeois qui avoit esté pris, lesquels firent rapport que la flotte Hollandoise estoit mouillée a la hauteur de Douvres, et qu'elle esperoit encores empescber la jonction de 1'escadre de V. M. avec les vaisseaux Anglois. On y leut ensuitte la lettre que le Roy d'Angleterre escrivoit au Duc, laquelle ayant esté expliquée en Francois, on aprist que son sentiment estoit d'attirer s'il y avoit lieu, les Hollandois dans le Canal et de les y combattre, mais au cas qu'ils se retirassent vers leurs costes, oü leurs bancs les pouroient favoriser, il ne falloit point y hazader un combat, mais plustost s'avancer vers le Doggerbanc ou en tel autre lieu qui seroit estimé le plus propre pour obliger leurs vaisseaux marchands de se tenir dans leurs ports et ruiner entierement leur commerce pendant la campagne. M. le Duc et tous cenx qui composoient ce conseil ont esté d'une mesme advis sur le premier point, qui estoit de se mettre a la voile le lendemain, qui fust hier, sur les six heures du matin, et

Sluiten