Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

quoyque le vent fust contraire pour aller du coste''de Douvres neantmoins savancer autant qu'il se pourroit par les mare'es et joindre s'il estoit possible la flotte hollandoise avant qu'elle pust repasger le Pas de Lalais; si non, la poursuivre et se faire voir vers les costes de JHandres et d'Holande, pour ensuite prendre le parti que le Roy d Ang eterre leur conseilloit ou ordonnoit. Voila, Sire, la resolution dans laquelle nous avons laisse M. le düe d'York. Monsieur le duc de JJoukinghem ayant voulu prendre sa part dans 1'execution, le mylord Uiüord, qui a desja donne' en beaucoup d'autres occasions des marqnes de sa valeur, dit qu'il vouloit estre de la partie; mylord Arlington tesmoigna aussi qu'encores que le Roy son maistre leur eüt ordonne' a tous expressement de retourner pour le servir de leurs conseils, et que son sentiment fut de luy obeir, ne'antmoins il ne prétendoit pas s en retourner, sy ceux avec lesquels il estoit venu ne s'en retournoient aus'p en sorte que chacun demeura persuadé que tous les ministres du Roy d Angleterre alloient devenir volontaires dans cette guerre; ItTrM8 f«rsister^t dans cette resolution jusqu'au soir que M. le duc d York trouva a propos d'user de son auctorite', et dé leur declarer nettement qu'il ne sourTriroit pas qu'ils demeurassent

ölrl T< ^ fl°tte- En SOrte que les mylords Arlington,

Oxford et Chfford furent contrains de se rembarquer sur 1'yack sur lequel nous estions venus, mais le duc de Boukiughem, qui avoit pris un petit bastiment pour luy, est demeure' sur les vaisseaux. II ne me reste qu'a dire a V. M. que j'ay lasse* tous ceux qui commandent ses vaisseaux dans la resolution de bien faire leur devoir

dans^le^Zr 2 "ï* -1*8 SUrt°Ut MM' S™ et Solmes,'

dans le dessein d instruire les moins experimentez de leur manière de combattre et généralement de tout ce qu'ils scavent de la guerre

* un* eestrCo ?T VIT' ^ ™ - P°-oit tant contS r a unir estroitement d'amitié les deux nations que cette jonction de flottes. Aussitost que cette armee navale paroistra a la hauteur de

laTmLeel ee,rra "T ***** *" V~ *>nt «2£

t IZllt " ^ C°mP0Se'e ^ 90—xdeguerreet

vJïl, ?0lland0is on* Pris 'sur J<* Anglois un vaisseau appelle' Ia VuUnre frangozse, armée de 36 pieces de canon, qui escortoit des petits

SS ;nff bketC^ ChargéS dP et de -talXqu

~rrï Sis^ïïrque dans peu on se revanchera bi-

23. COLBERT DE CROISSY AAN COLBERT, 19 Mei 16721), Je reCenS hier a mon la lettre qu'il vous a plu m'escrire

1) A. E., Angleterre 105, ff. 122-'26. - Uit Londen. II

7

Sluiten