Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

doibt estre icydemain, s'il y a une nécessité absolue ou non de faire

L^fTr? COnSei"eDt' e* on ^'eprendra rien sans nos ordre*. Ledit 8 de Vauvre est reste a Portsmouth pour y executer l'ordre que je luy ay donne de faire partir le Sam-Pareil aussytost qu'on auroit repare ce quxla souffert de son abordage contre le vaisseau de de R^e™ et de renvoyer incessamment a 1'escadre tont ce qu'il y auroit dans le port de Portsmouth de bastimens et matelotz Fran-

S Z "n i T PmSSeDt rej°iDdre 1We «"Paravant qu'elle ayt joint les Hollandois. *

Le vaisseau que commande M. de Verdilles, avoit un

peu touche en louiant^), mais comme c'est sur la vase, [il n'a point esté endommage, et je ne doute pas qu'il n'ayt rejoinct a present 1'escadre.

Je vous envoye la lettre que M. de Vauvré vous escrit «), et celle ») par kquelle il m'mforme de la prise qui a esté envoyée a Portsmouth. Z amateurs ferment mieux de mener leurs prises dans les ports de France, car les frais qu'ilz feront icy pour en poursuivre le jugemen monteront plus haut que le provenu. Je mande audit S/ de Vauvré dattenare vos ordres la-dessus; cependant, si le vindeperit, dele faire vendre par authonté de justice, et a condition d'en paver les droite deubz au Roy de la Grande Bretagne.

Je crois que ledit Roy ira demain a Chatan pour presser nar sa

la lamise, et en fortifier son armee navalle, qui sera je crois ce soir a la hauteur de Douvres, et donnera infailliblement combat au^o landois, si e le les peut joindre; nous en attendons des nouvellesavec beaucoup d'rmpatience. «ureuesdvec

M 1 Godoll6 d6 fR°y d'ADgIeterJe fait e8c™ par eet ordinaire a M. de Godolfin de tesmoigner au Roy nostre maistre combien il est

d'EsteCe ti LTcT ^ * * ^ * de M" * laqueUe S M " f fT^ q"e de la P°^litó avec

laquelle b. M. a sahsfait a tout ce qu'elle a promis, et ii n'y a per-

donr,rmrtifaJaTaiS ^ qU'UDe ^-de^tsibelkescadr , dont la moihe a este equipée a Rochefort, püt estre preste a Brest Plus de quinze jours auparavant la flotte angloise. ToJnT^JEt

tTiTCrT tde Ia joye,,et je ne finirois poiat si

1) Louvoyant.

2) Niet aangetroffen.

Sluiten