Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

et par mer feront un meilleur effect que toutes les responces qu'on pourra faire a ces invectives, qui tombent ordinairement dans le mespris, lorsqu'ils ne sont point relevez par repliques. L'un des vaisseaux hollandois qui ont poursuivy ceux du Roy d'Angleterre jusques a Schernesse a eschoué ou au moins touché* le sable en se retirant, mais on croit que les marées 1'auront relevé, et il y a huit ou dix vaisseaux hollandois qui sont demeurez pour le garder.

27. COLBERT DE CROISSY AAN COLBERT, 30 Mei 1672 l).

Je viens de recevoir la lettre qu'il vous a pleu me faire 1'honneur de m'escrire du 25 de ce mois *), et ce m'est une fort agreable nouvelle a porter au Roy d'Angleterre que de 1'asseurer que S. M. donnera les ordres necessaires pour lever encore 7 a 800 matelots, car je vous asseure qu'outre 1'interest qu'il a au bon succez de la flotte, il en prend encore un si grand dans la conservation des vaisseaux francois, que je vous puis bien dire que les siens ne luy sont pas plus a cceur.

Je tombe d'accord qu'il est impossible de remedier a present an deffaut de nos chalouppes, c'est a dire d'en faire construire d'autres, mais je vois par les lettres de M. le vice-admiral qu'il est donc nécessité absolue de louer icy des petits bastimens pour faire de l'eau, et cela m'est confirmé icy par le Roy d'Angleterre et par tous ceux qui sont les plus experimentez dans cette marine. Ce qui m'oblige d'escrire presentement a M. de Vauvré de faire un tour icy afin que nous nous informions ensemble s'il n'y a pas de ces sortes de bastimens dans tous les ports et rades d'Angleterre, auquel cas j'escrirois a M. le vice admiral et a M. Arnoul de demander un ordre a M. le duc d'York pour faire fournir dans tous lesdits ports et rades le nombre de bastimens dont nos vaisseaux auroiet besoin pour faire leur eau, et mesme d'en regler le prix par journées, en sorte que ledit S.r Arnoul en puisse trouver partout sans aucune contestation qui retarde le service, et je crois que de cette maniere il en coustera encore moins au Roy que de louer on achepter des bastimens et les faire suivre 1'armee.

Quant aux bastimens pontez pour deffendre nos vaisseaux contre les brulots, il est certain que M. l'admiral et tout ce qu'il y a d'officiers de marine, tant de France que d'Angleterre sur la flotte, jugent qu'il est absolument necessaire qu'au deffaut de pinasses de Bayonne nous ayons une douzaine de bonnes doublés chalouppes naviguées par douze rames ainsy que vous 1'offrez, et il seroit a souhaitter qu'elles eussent desja joint la flotte, le roy d'Angleterre la croyant a present engagée

1) A. E. Angleterre 105, ff. 136—139. — Uit Londen.

2) Niet aangetroffen.

Sluiten