Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de consequence dont le Roy d'Angleterre et Milord Arlington m'ont entretenu, et que je n'ose pas envoyer 'directement a S. M., paree qu'elles sont d'une nature a estre examinées a S.' Germain, et qu'aussi ledit memoire pourroit estre pris par les ennemis, je me sers de cette occasion pour vous informer que, dans la mesme conference que j'ay eu avec le Roy d'Angleterre, il m'a dit que, comme les flottes avoient couru beaucoup de risques cette 'année dans leur jonction a Portsmouth et qu'il y avoit a craindre que les Hollandois ne fussent encore plus diligens que nous 1'année prochaine a mettre ën mer, il croioit que le plus seur parti que l'on pourroit prendre estoit de faire hiverner 1'escadre de France dans les ports d'Angleterre et de renvoyer les equipages en France pour retourner a la fin de mars, lorsque les vaisseaux seroient radoubez. Je luy ay dit toutes les raisons qui me font juger que la chose n'est pas praticable, et entr'aütres que tous les meilleurs charpentiers, calfas èt autres ouvriers estans employés au radoub de ses vaisseaux, nous n'en trou verions que de fort ignorans et beaucoup plus chers que nous avons en France, oü les magasins sont desja pourveus de toutes les choses necessaires pour ledit radoub, mais enfin, sans vous faire le detail de ce que j'ay dit et qui m'a esté respondu, je crois que la raison dont je ne me suis pas expliqué vous tonchera aussy bien que moy plus que toutes les autres, qui est qu'il n'est pas de la prudence d'abandonner les vaisseaux du Roy desarmez pendant tout 1'hiver dans les pays estrangers, quelque sujet que nous ayons de nous louer de la bonne foy dudit Roy; ainsy quoyqu'il m'ayt dit qu'il falloit s'assembler pour ce sujet, je m'en tiendray tousjours aux raisons que j'ay eu de refuser ce party.

Pour ce qui regarde le combat, je crois que vous jugés assés, par les precautions que l'on prend pour empescher que les relations ne nous en viennent, que nos flottes ont esté surprises par les ennemis, et que, quand mesme nous n'y aurons perdu que le Royal James, qui estoit le plus beau vaisseau d'Angleterre, neantmoins, comme il y en a desja huit de retournés tous brisés de coups, et qu'apparement il y en a encores beaucoup d'autres dans la flotte fort maltraittés, les ennemis ont tousjours 1'advantage, quand ilz auroient fait plus de pertes que nous, d'avoir assuré le retour de leur flotte des Indes en nous faisant perdre un temps considerable a faire radonber nos vaisseaux, et, comme le Roy d'Angleterre est averty qu'ilz ont environ trente vaisseaux tous prests a sortir et remplacer par ce moyen ceux qui seront coulés ou hors de service, il juge avec raison que nous devons de part et d'autre mettre toutes piérres en oeuvres pour fortiffier incessamment nostre flotte. II va faire partir pour ce sujet trois vaisseaux du port de Portsmouth, et l'on travaille en toute dilgence a mettre aussi ceux de la Tamise en estat d'aller joindre la flotte. II souhaiteroit aussy que S. M. voulüt bien fortiffier son éscadre des vaisseaux qu'elle a a 1'entrée de la Manche,

Sluiten