Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

donner, et trouvant que vous étiez parti, je prends la liberté de vous Fenvoyer, vous suppliant bien humblement d'en avoir soing, et de me vouloir favoriser de votre bonne et considerable reeommandation en vers Messeigneurs les Ambassadeurs, et par cette bonté vous m'obligerez a toute sorte de recounaissance qui sera au pouvoir, Monsieur, de votre, etc.

[Bijgevoegd:] ')

mkmüibk pour M. le chevalier Joseph Williamson.

Afin que Théodore de Ru y ven, en cas de quelque traité avec MM. les Estats, par sa bonne conduite puisse être compris et restitué en ses biens et bénéfices confisqués avec les arriérages qu'il a eu en Frise pour luy et ses fils, et qu'il soit généralement reniis dans le même état oü il a été avant son départ de Frise, comme n'ayant rien fait directement ni indirectement contre sa patrie, mais seulement correspondu avec la Cour d'Angleterre par une affection trés particulière touchant les intéréts de son maitre Mgr. le Prince d'Orange.

60. NIEUWSBERICHT UIT ROTTERDAM, 25 Juni 1672 »)'

Upon sight of a paper here from the Dutch church in England, I say one of the Dutch churches in London, containeing a declaration of H. M. to them, of the good will he hath for the Dutch not to ruine them etc. in divers articles, made publieke here, it is embraced with so much joy, that it is thought the English colors will be putt up in Rotterdam before night and the King of England declared to be our protector, which will be followed doubtlesse by those few places which are left unsurrendred to the French. It is more then time H. M. declare in publieke his mind, for indeed Holland cannot hold out a week more, and wee are betrayed to the French.

61. COLBERT DE CROISSY AAN COLBERT, 28 Juni 1672 »).

Je n'accuseray point par eet ordinaire la reception de vos lettres, paree qu'elles ne m'ont point encore esté rendues et qu'apparementje ne les recevray point avant que je sois obligé d'envoyer celle cy a la poste. II se passera bien encore quinze jours de temps ayant que les vaisseaux anglois maltraittez au dernier combatpuissent estre racommodez, mais M. le duc d'York, a qui j'ay representé toutes les raisons qui le doibvent obliger a remettre en mer au plus tost, les a fort

1) De bijlage komt niet meer bij het stuk voor, maar is te vinden in Holland 192.

2) R. O., News Letters 55. — Ongeteekend; zonder adres. — Hand O.

3) A. E, Angleterre 105, ff. 165—167. — „A bord de YEnriette prés Chatan".

Sluiten