Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

II est difficile de pouvoir leur demander rien de moins sur ce commerce.

Le 5e est celui de 1'Afrique et des Indes occidentalles.

Ge commerce leur vaut en poudre d'or et marchandises d'Afrique et en nègres plus de six millions de livres. Les seuls nègres qu'ils prennent en Guinée et portent a 1'isle de Curacao dans le golphe du Mexique, oü ils les livrent aux Espagnols pour le travail des mines du Pérou, leur vaut 1.200.000 escns tous les ans.

Si le Roy leur demandoit les isles de Curacao, Tabago et St. Eustaehe, et un de leurs forts en Guinee, scavoir St. Georges de la Mine ou Corniantin, S. M. mettroit ce commerce tout entier entre les mains de ses sujets.

Le 6e est celui des Indes Orientalles, qui leur vaut 10 a 12 millions de livres tous les ans. _

S. M. pourroit leur demander 1'une des isles Moluques a son choix et une ou deux places sur la coste de Malabar, savoir Cochin et Cananor, qu'ils ont conquises sur les Portugais. Avec ces advantages, S. M. partageroit avec eux ce commerce et ses sujets en pourroient proffitter tous les ans de cinq a six millions de livres.

Si S. M. leur imposoit tout ou partie de ces conditions, a proportion des advantages que ses sujets en recevroient, ses revenus augmenteroient, soit par les droits des fermes, que les entrees et sorties des marchandises augmenteroit, soit par les impositions des tailles et autres, qui pourroient estre augmentées facilement a cause de 1'abondance d'argent qui se trouvera dans le royaume, qui donnera facilité aux peuples de payer de plus fortes impositions.

71. MONMOTJTH, BUCKINGHAM EN ARLINGTON AAN CLIFFORD, 8 Juli 1672 »).

Our last was from the Hague, from whence M.r van Beuninghen alone accompanied us to the Prince of Oranges Post, and by the way told us of a great expediënt he had recommended to the States which would falicitate all matters, viz. the authorizing his Highnesse to treate with us, which in good manners wee applauded much, but not without a suspition that when it should come to bee explained it would not be soe acceptable to us. Wee began with the Prince telling him how casuall it appeared to the King of England the seeing of him thereby justifying the Kings having nott written to him, and lost no time in indeavouring to ease his mind from the reproaches he made us upon the subject of the warre, by letting him know in confidence to himselfe that his Majesty would not be brought to begin

1) R. O., Holland 189. — „From the campe near Utrecht".

Sluiten