Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

muniqué ce matin, je vous 1'aurois adverti, a scavoir que les deputez de cette province (que je croyois seulement deputés pour saluer de Prince d'Orange et le feliciter avec son gouvernement de cette province) ont ordre de traiter avec Buckingham et Arlington a la Haye s'ils peuvent accorder, (je croy qu' Odjjk trouvé mieux son compte avec eux), et que cela a esté la cause pourquoy qu'ils n'ont pas fait plus de reflexion sur la proposition de M. Fannius, scachant bien que leurs deputez estoient pour cela a la Haye. Je voudrois bien que voub fussiez venu devant le depart de nos deputez qui sont party d'icy pour la Haye plus de huit jours.

Vous pouvez hwn vous imaginer qne je souhaiterois de toute mon ame que notre province eut traité avec vous, je ne doute point ou M. d'Odjjk, estant beaufrère d'Arlington, a eu correspondence avec lui, et a bien mieux aimé de traiter avec lui qu'avec aucun autre. Le temps nous aprendra si 1'acord se fera. Aussytost que je le scauray, je vous en advertiray, pour vous regler la-dessus.

Le Roy de France marche vers Breda. Bergen est en méchante posture, et mal pourveu de milice; s'il prennoit cette place, zo had hy Zeeland en Holland van malkander geméén, en zoud deze provincie dan lichtlyk in zyn handen konnen vallen.

J'espere que le bon Dieu y pourverra. J'ay jugé a propos de vous donner advis de tout cecy afin que vous prenniez vos mesures la-dessus.

Mes trés humbles baisemains a vos deux gentilshommes.

77. DAGBOEK VAN WILLIAMSON, 18—28 Jtdl 1672»).

Monday the 18th inst. the Lords Ambassadors parted from the French camp at Boixtel a league and halfe from Boisleduc, and tooke their way for Antwerp in the King's ooache with severall led horses attending them, accompanyed by the officer of the King's houshold for their diett and entertainment and escorted by 500 horse which brought them halfe a mile within the Spanish territoryes about 4 houres on the way to Antwerp. There wee proceeded uuder the convoy of 30 masters of the guards and an exempt to Turnhout where wee lodged, and the next day arrived at Antwerpe about 4 in the afternoone.

At the gate one of the magistrates mett the. coach and asked the Ambassadors how many persons they might have in their traine, because many Frenchmen had been knowne to come into the Towne that morning under the title of being of their suitte, so that the governor desired to have an account ofit. The Ambassadors ans werd it was hard for them to give an exact account of their followers, which at this time

1) R. O., Holland 190. — Minuut. — „To be copyed faire for Mylord Clifford".

Sluiten