Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Brest ledit jour, et la flote angloise aux Dunes, laquelle sera compose'e de deux escadres de vingt-cinq vaisseaux chacune, vingt-quatre hrulots et les frégattes et autres bastimens.

2e. — Si les vents sont favorables a l'armée de France, elle entrera en mesme temps dans la Manche, et se rendra a la rade S,e. Helene en 1'Isle de Wigt, oü les autres vaisseaux anglois armes a Porsmuth la joindront pour attendre ensemble a la mesme rade le reste de la flotte angloise, et en cas que les vents continuent a estre favorables elle continuera sa navigation, pour aller joindre aux Dunes ladite flotte.

3e- — Si les vents sont contraires a l'armée de France, la flotte d'Angleterre partira des Dunes, et viendra a la mesme rade de Stó. Helene pour y attendre la francoise, et si les vents continuent d'estre contraires, elle continuera sa navigation, jusques a 1'entrée de la Manche vers le Conquest oü l'armée de France la joindra.

4e. — Le Roy d'Angleterre aura soin d'envoyer un bon nombre de frégattes légères pour avis de la navigation des ennemis, et donnera ses ordres a ce que les avis en soient soigneusement donnés a l'armée francoise, comme aussy du temps précis que sa flotte mettra en mer.

5". — Les articles, trois, quatre, cinq, six, huit, neuf et dix du traité arresté a Londres le cinq février de l'année dernière seront ponctuellement exécutés.

6e- — Pour éviter les inconveniens qui arrivèrent l'année dernière par la nécessité des vivres et de l'eau Leurs Majestés feront charger sur leurs vaisseaux: scavoir sur ceux de l'armée de France pour cinq mois et demy de vivres, et sur ceux de la flotte angloise pour le plus de temps qu'il se pourra; et pour le surplus S. M. de la Grande Bretagne fera suivre le nombre de bastimens de charge nécessaires pour en porter pour toute la campagne, et pour pourvoir d'eau ses vaisseaux, sans estre obligé d'aprocher de terre.

7e- — A 1'esgard des saluts, il en sera reglé comme l'année dernière, et ainsy qu'il fut reglé par le traitté signé a Londres le 7.e avril 1672. (Signé) Colbert, Seignelay, Sunderland, Spbagg.

113. HOEGH AAN GRIFFENFELD, 27 Febr. 1673»).

La maison d'Amerongen a été la première de marqué et de considération qui a ressenty 1'effet des placards francois contre ceux de la province d'TJtrecht qui n'y sont pas venus se rendre, ayant été ces jours passez'bruslée et ruinée de fond en comble. II n'en coütera pourtant qu'a l'Estat, qui s'est obligé de 1'indemniser, pourveu qu'il leur en reste assez de moyens pour le faire, après que tout sera achevé.

1) R. K., R. H. - Uit den Haag.

Sluiten