Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

deux au plus tard, ayant tous leus equipages complets; c'est de quoy j'ay esté bien ayse de vous donner advis, et que je fais embarquer 400 hommes sur le More, les flustes et bruslots qui doivent partir avec luy, dont il y aura 350 bons soldats choisis sur plus de 450, et 50 matelots, afin de remplacer le nombre qüi en peut manquer sur les vaisseaux de Brest.

121. COLBERT DE CROISSY AAN COLBERT, 4 Mei 1673 »).

J'ay fait voir a mylord Arlington ce qu'il vous a pleu me faire 1'honneur de m'escrire par vostre lettre du 30e d'avril 2) qui me fut rendue hier, touchaut les raisons que vous avés de croire que 1'escadre de France doit estre dans peu de jours a Portsmouth. Nous n'en avons que trop, ledit milord et moy, de demeurer d'accord avec vous que la flotte d'Angleterre ne pourra pas estre si tost preste, neantmoins le Roy d'Angleterre est a Charnaisse depuis deux jours, oü sa presence avance fort 1'armement, et je crois, ainsy que M. le duc d'Yorck me 1'a fait espérer, qu'on prendra la resolution de faire advancer vers Portsmuth tout ce qu'il y a de vaisseaux dans la Tamise en estat de se mettre a la voile, en sorte qu'on eu puisse composer une escadre de plus de 30 vaisseaux, qui, joincte a la nostre, avec les bruslots anglois que l'on croit devoir estre prestz, feront une armée assez puissante pour tenir la mer, d'autant plus qu'elle sera de jour a autre fortiffiée par les vaisseaux qu'on continue incessamment d'armer.

Les dernières lettres que je receus hier de M. le comte d'Estrées du 25 avril 2) portent que les vaisseaux de Rochefort n'estoient pas encore arrivez, mais qu'il estoit en estat de se mettre- a la voile aussytost qu'ilz 1'auroient joinct.

J'avois desja receu par un capitaine de barque longue 1'advis que vous me donnés2) des vaisseaux maconnnés, et je 1'avois communiqué au Roy d'Angleterre et a ses ministres, qui en aprehendoient plustost 1'effect dans le port de Neucastel que dans la Tamise. Mais ils estiment que les Hollandois ont plustost dessein de s'en servir pour empescher les descentes dans leurs ports que pour ruiner ceux-cy.

J'ai fait voir a Mylord Arlington ce que vous m'escrivés touchant les prises, dont il a temoigné estre trés satisfait, mais il souhaitteroit fort que, comme les marchands de Londres, que le Roy d'Angleterre et ses ministres ont, comme vous scavés, assés d'interest decontanter, se plaignent qu'ils ne recoivent aucune response particuliere sur toutes les lettres qui sont escrites en leur faveur, il vous pleust me faire envoyer toutes les semaines un extrait des jugemens qui sont rendus sur les prises auxquelles ils ont interest, et des principaux motifs sur

1) A. E., Angleterre 109, ff. 189—190. — Uit Londen.

2) Niet aangetroffen.

Sluiten