Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

d'Ostende ou de Blankenbergue qui est a la teste de leurs bancs.

Pour ne manquer a aueune des précautions nécessaires ensuitte d'un avis si important, j'ay fait partir aussytost YApollon et le Fier pour s'avaneer a la teste de cette escadre, en sorte que VApoüon soit toujours a sa veue, et le Fier qui doit estre plus avancé a celle de YApollon. De cette sorte j'espère qu'il sera difficile que l'on puisse tomber en aucune surprise et dans aucun contretemps. Et on ne laissera pas aussitost que la marée le poura permettre de mettre a la voile pour continuer la route de Portsmuth.

Cependant que mon secrétaire que j'envoye a Londres avec beaucoup de diligence m'aportera la confirmation de eet avis avec des ordres plus particuliers que ceux que j'ay receus jusques icy, n'ayant pas de voye plus prompte que celle la pour donner des nouvelles des vaisseaux de S. M. depuis leur départ des rades de Brest, je n'ay pas cru en devoir laisser perdre 1'occasion et j'espère que Mons.r 1'ambassadeur luy donnera les moyens de faire porter ce mémoire avec beaucoup de diligence. VAymable avec le bruslot norame Ylnconnu et la fluste chargée de mes vivres a rejoint le pavillon en mesme temps que le Bon,

Le comte d'Esteëes.

126. COLBERT DE CROISSY AAN POMPONNE, 18 Mei 1673»).

Les vaisseaux hollandois se sont retirés vers Alborough oü apparemment ils attendront le reste de leur flotte, n'estant venus a ce que l'on croit a 1'embouchure de la Tamise avec tant de précipitation que pour surprendre la flotte a charbon de Nieucastel, et celle des Canaries, ce qui auroit causé une trés grande perte a toute 1'Angleterre, mesme ruyné 1'armement de la flotte qui a tiré prés de deux mille matelots de ces vaisseaux marchands.

Je ne croyois par finir ma lettre par une nouvelle sy agréable qu'est celle que le Roy d'Angleterre vient de me donner de 1'arrivée de 1'èscadre de France a 1'isle de Wight. J'ai été aussitost le trouver et il m'a dit que comme le vent estoit bon pour venir vers les Dunes oü M. le prince Robert s'est avancé, M. le comte d'Estrées s'y rendroit incessamment et que la jonction se feroit en pleine mer pour ensuite aller chercher les ennemis; ainsi je ne pourrai pas voir M. le comte d'Estrées que lorsque la flotte revriendra dans la Tamise, ce qui n'arrivera pas comme j'espère qu'après quelque heureux succès.

127. SEIGNELAY AAN COLBERT DE CROISSY, 21 Mei 1673 *).

M.r mon oncle, j'ay veu par la lettre que vous avez escrite a M.

1) A. E., Angleterre 107. — Uit Londen.

2) A. N., Marine B« 22. — Uit Kortrijk.

Sluiten