Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

qui les suivoient, et ne se remirent pas dans l'ordre qu'ils y devoient tenir.

II est vray qu'ils avoient esté destachés dans la pensée que les ennemis ne voudroient pas s'opiniastrer au combat et que n'estant pas dans un si grand nombre qu'on les a trouvez nyjoincts, ils prendroient le party de se retirer et nous de les pousser en désordre dans les bancs parle moyen des .vaisseaux qui tirorent le moins d'eau de cette armée. De sorte que ces vaisseaux destachés, particulièrement les Francois, crurent toujours qu'ils devoient donner devant les autres. Quoy que ce fust par un motif d'hardiesse et de courage, cela ne laissa pas toutefois de penser causer un grand embarras dans la suitte.

Quelques-uns se trouvèrent a la teste de l'escadre rouge et s'y signalèrent, particulièrement le capitaine du vaisseau le Conquérant qui s'estant approché d'abord de 1'amiral Tromp qui tenoit le poste de 1'avant-garde avec 12 ' a 16 vaisseaux, se fit remarquer par le Prince Bobert qui a tesmoigné du regret de sa mort; car il fut quelque tems après tué d'une volée de canon dans le combat. Et son vaisseau en assez meschant estat s'est retiré depuis dans la Tamise pour se racommoder sans que j'aye pu en apprendre d'autres nouvelles. Le S.r Destival se trouva aussy au mesme endroit et les Anglois le remarquèrent comme les deux autres moindres vaisseaux VAquilon et VOriflamme. Mais il revint prendre son poste aussytost qu'il le put faire auprès du pavillon.

M.r le Prince Robert avoit engagé le combat avec l'escadre rouge et commencé a faire plier 1'ennemy lorsqu'au corps de bataille et particulièrement une partie des vaisseaux de la division du vice admiral et ceux qui restoient avec M. le marquis de Grancey pressèrent si vivement les vaisseaux qui leur estoient opposés, qu'ils commencoient a quitter leur ligne, et 1'amiral de Zélande *) se trouvant luy-mesme extremement incommodé par M.r de Grancey eut esté emporté et poussé comme les autres, si dans ce tems-la 1'amiral Ruther, voyant bien qu'il ne pouvoit restablir ce désordre sans le secourir, et soit encore qu'il fust luy-mesme trop prés des bancs, n'eut pris le party de changer de bord, et de percer et de couper la ligne de nostre armée entre le contr'amiral et le vice amiral des vaisseaux de S. M. Prés dé de 25 vaisseaux changèrent de bord avec luy, et comme onjugeabien de son dessein et combien il estoit nécessaire de s'y opposer en le tenant sous le vent, on résolut de 1'attendre en sorte qu'il fut obligé de plier ou de s'aborder, plustost que de le laisser gagner au vent.

Eu approchant du pavillon de S. M. iljugea de la nécessité d'arriver sous luy et passa entre luy et le vaisseau de M. de Preuilly a la portée du pistolet avec neuf vaisseaux ou bruslots qui le suivirent. Le Tonnant

1) „On a scu depuis que ce n'estoit pas 1'amiral de Zélande ni aucun autre pavillon, mais que c'estoient les vice amiraux de 1'arrière-garde, et que eet amiral suivit Ruther lorsqu'il revira" (noot bij het stuk).

Sluiten