Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

etoit seul pour lors le plus prés du vice amiral et le Foudroyant un peu plus lom sous le vent de luy a 1'arrière, qui dans la nécessité de plier ou d'aborder 1'amiral Ruther ou le premier vaisseau qui avoit passé a sa teste, aecrocha celuy-cy et ayaut jetté du monde dessus sen rendit le maitre. Et Chaboissière et le chavalier de Léry lieutenans y estans entrés n'ayant point esté suivis de tous les camaradès de 1 equipage y demeurèrent longtemps, ayaut tout fait fuir au fond de calle, pris et enlevé des prisonniers, et oblgé une partie a se retirer dans les chaloupes a leur terre a Ouest-capel dont on n'estoit alors esloigné qne de deux lieues.

^ Ces deux lieutenans firent parfaitement leur devoir; le premier fut blesse dangereusement d'un coup de pistolet, et 1'autre ayant esté collete par le lieutenant du vaisseau le tua d'un coup d'épée, et eust este en danger, sans un volontaire appellé Durivaux qui tua le capitaine; ils ont rapporte les espées de ces deux officiers. Dans ce tems-la Ituther qui avoit esté obligé d'arriver se trouva meslé avec tous es vaisseaux francois qui estoient sous le vent et une partie de 1 escadre bleue, et ainsy séparé de son avant-garde et entièrement de iromp, qui conservoit le vent sur une partie de la division du vice amiral. Le S.' Gabaret n'eut pas le temps d'enfoncer le vaisseau, et ne voulut pas sen charger a cause du monde qu'il avoit perdu, et que c estoit infailhblement se commettre.a se faire prendre, estant sousle vent de cette escadre. Dans le même temps que 1'amiral Ruther se trouvoit mesle avec les vaisseaux que l'on a dit cy-dessus, M.' le Prince Kobert qui estoit toujours au vent de cette escadre, arriva sur eux, et on ne douttoit point qu'estant entièrement séparée elle n'eut couru fortement, si Kuther n eut pris le party de courir de ce costé-la pour s'en approcher, ce quil fist jusques a 10 heures du soir que finit le combat. : II est aise de considérer qu'ayant a combattre dans les bancs avec de grands vaisseaux qui tirèrent beaucoup d'ean, et oü on ne peut sestendre sans trouver la terre, on ne peut se servir de I'avantage que 1 on a sur 1'ennemy quon a fait plier, par la raison que l'on a daprehender de s'eschouer.

Je ne doutte pas aussy bien que les Hollandois ayent beaucoup sourtert, et quon ayt veu brusler de leurs vaisseaux, et d'autres se retirer en fort meschant estat, que sans le peu d'ordre que gardèrent es capitaines de nos brulots dont les capitaines ceux qui estoient destachés se precipitèrent eux-mesmes avec trop de téméritté sans attendre les vaisseaux pour les conduire, qu'ils n'eussent encore perdu davantage s ils avoient conservé dans la meslée de l'escadre de Rotredam avec les vaisseaux francois cette chaleur qu'ils employèrent si mal a propos. On rendra compte a la fin de la manière dont ils ont tous péri a la reserve du jeune Chaboisseau qui vient d'arriver a ce que j'ay scu avec son brulot. J 3

Sluiten