Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

contre passée Ie 7 de ce moi3 entre les flottes, mais la lettre qne l'admiral Tromp en a escrite le 9, toutes les antres n'étant que du jour précédent, celle-cy adressée a M. le Prince en particulier, et ne connue que de peu de personnes encore, marqué positivement que les enenmis ont perdu 12 ou du moins 11 grands vaisseaux, sans y comprendre les* brülots, frégattes et autres petits batimens. De ce cöté, il n'y a pas nn seul de perdu, hormis celui qui s'appelle Deventer, qui par 1'imprudence de ses pilotes échoua sur lés cötes de la Zéelande, comme il y vouloit entrer pour se refaire de qnelque dégast qu'il avoit eu au combat. Le vice-amiral Schram et le contre-amiral Vlug sont les principaux officiers qui dans la flotte des Etats ont payé de leur vie ce bel exploit. Jusques icy nous n'en savons plus rien du succès, et on croit fermement qu'ils ayent été aux mains derechef de depuis, paree qu'il y en a qui disent d'avoir encore entend u tirer samedy et ce matin. C'est véritablement fort bien eommencé. et ils n'en peuvent s'assez louer de la bonté divine. Dieu veuille par une même continunation de bonheur soulager leurs affaires délabrées.

150. COLBERT AAN BRODART, 12 Juni 1673 ')•

Je ne Vous diray rien par ce billet, sinon que le combat s'est donné entre les flottes. Les Hollandois ont perdu huict ou dix vaisseaux et se sont retirez dans leurs ports. Le Roy n'a perdu que le S.' de Thivals, capitaine, avec quelques autres officiers subalternes, et pas un vaisseau, mais seulement six bruslots, et c'est ce qu'il est de la dernière consequence de remplacer. C'est pourquoy ne manquez pas, aussytost que vous aurez receu ma lettre, de faire travailler nuict et jour aux deux meilleurs vaisseaux des quatre qui sont restez au Havre qui peuvent servir a eet usage, scavoir VEole, le Lion, le Uapricieux et VArrogant. Et mesmes si vous en pouvez mettre trois et jusques a quatre en estat, ne manquez pas de le faire. Mais a cela il faut employer toute 1'industrie et la diligence dont vous estes capable. Et prenez bien garde que les vaisseaux que vous envoyerez soient en estat de bien servir, tant pour les equipages que pour les artifices. Et, comme il est de la dernière consequence de faire partir les quatre bastimens que vous avez preparez avec toutes les munitions suivant mes ordres, si le capitaine Gombaud n'est point encore party, il faut que vous le reteniez ponr escorter jusques a Chatan les bastimens et les bruslots que vous y envoyerez. Mais si vous pouviez, en fortiffiant de quelques hommes 1'un de ces bruslots, en donner le commandement au S.r La Borde, et le mettre en estat de conduire tous ces bastimens sans avoir besoin dudit Gombaud, vous pouvez en ce cas

i) Bibliothèque du Ministère de Ia Marine, G 185, n». 47. — Uit Parijs.

Sluiten