Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de Martel lieutenant général etc. etc, sans entrer dansles expédfens qu il vous avoit propose', de ne point mettre son nom; et pour les deux autres plaintes de ce que vous ne luy donnez pas la jnain a la porte sur le vaisseau que vous commandezr et de ce qu'il n'a pas e'te' salue' du canon et de la voix, elles paroissent si mal fonde'es que S. M. n'a pas voulu croire qu'elles vinssent de luy.

Vous. recevrez par la mesme voye que cette lettre les ordres pour le désarmement des vaisseaux de S. M. Vous trouverez aussy cy-joinct une lettre du Roy pour de'tacher a la fin de la campagne 5 ou 6 des vaisseaux de l'escadre, pour demeurer vers le pas de Calais et couvrir la retraitte du reste des vaisseaux.

191. LODEWIJK XIV AAN D'ESTRÉES, 13 Aug. 1673 i).

Mons.r le comte d'Estre'es, vous ayant cy-devant 2) envoye' mes ordres sur les lieux oü je désire que les vaisseaux de l'escadre que vous commandez soient désarmez lorsque vous aurez receu ceux de mon cousin le Prince Robert pour vous retirer dans les ports demon royaume, je vous fais cette lettre pour vous dire que je veux que lorsque vous rentrerez dans la Manche vous laissiez quatre ou six vaisseaux pour croiser pendant un mois au pas de Calais pour couvrir vostre retraitte; et pour eet effet mon intention est que vous fassiez fournir auxdits vaisseaux la quantité de vivres nécessaires pendant ce temps, eu prenant de chacun de ceux que vous suivront pour désarmer ce qils auront de trop pour faire le voyage; et vous observerez d employer autant que vous pourrez a eet usage les vaisseaux qui doivent désarmer au Havre, afin qu'ils soient plus prests du lieu de leur retraitte lorsqu'ils viendront désarmer.

192. SEIGNELAY AAN D'ESTRÉES, 14 Aug. 1673 i).

J'ay rendu compte au Roy du contenu en vostre mémoire du 7 de ce mois3); et comme le courrier qui 1'a apporté a asseure'qu'il avoit laisse l'armée navale _des deux Roys en présence des ennemis, elle ne doute point qu'il n'y ayt eu un combat dont elle attend les nouvelles avec impatience, ne douttant point que s'il y en a eu un les capitaines de ses vaisseaux n'ayent fait aussy bien que dans les deux premières occasions, et que le succès n'ayt esté aussy avantageux qu'on le peut souhaiter pour la gloire commune des deux Roys.

J'ay rendu compte a S. M. du dernier article de vostre lettre par lequel vous dittes que quelques capitaines ont trouvé beaucoup de

1) A. N., Marine B» 22. — Uit Nancy. onS2n« %] ^ 193' h°eWel °P U AU?' in«eschreven' bliJkt dus te zÜn gesteld vóór

3) Niet aangetroffen.

Sluiten