Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

après le commenceruent du combat, il survint une bruine qni m'empescha de prendre ce party. Mais ayant duré peu de temps, aussytost que je crus estre appercu du vice-admiral de l'escadre rouge et des vaisseaux de S. M. qui estoient plus sous le vent que moy, j'envoyay une basque longue a M.r Martel pour 1'avertir de ce que j'avois envie de faire. Mais elle n'estoit pas encore arrivée a son bord, ««.'il avoit desja commencé d'en cbanger, ayant jugé ««'il pouvoit passer au vent de cette avant-garde.

Pour le vaisseau que je monte on jugea bien qn'il ne pouvoit pas gagner si haut, et qrfl falloit nécessairement passer au milieu de 7 ou 8 navires suivis de 3 bruslots. Mais comme c'estoit le senl moyen de rompre et de mettre en désordre cette avant-garde, on creut ejta'ü seroit fort avantageux de le tan ter; on y réussit, et l'on se demesla de deox bruslots, dont 1'un fut fort pres de nous aborder. Et quoyque 1'autre passat un peu plus loing, ce ne fut touttefois qu'un pen plat que la portée du pistollet.

On ne douta point que l'on n'aye mis le feu au premier fort a propros par une des pièces de 1'avant.

Tous les vaisseaux de la division du vice amiral ayant soivi le pavillon, les Zélandois qui tenoient cette teste, et particulièrement le vice amiral, eurent beaucoup a souffrir. Lee uns arrivèrent vent arrière, ainsy toutte cette escadre se trouva en désordre et l'on ne sougea plus de nostre costé qu'a joindre les vaisseaux ennemis qni combattoient contre ceux de l'escadre rouge et une partie de la nostre-

Mais les ennemis nous parurent si esloigués (paree que tous les vaisseaux qui combattoient avoient toojours arrivé) qu'on désespéroit quazy de les pouvoir joindre, quoyqu'on fist force de voiles, et qne je n'eusse pas attendu seulement a me réparer. Ce qni me faisant craindre que M. le Prince Robert ne fust trop pressé par eux, cela augmentoit encore l'impatience que l'on en avoit. Cependant quelque diligence que l'on put faire, ayant fait vent arrière depuis une heure jusques entre 6 et 7 du soir, il fut impossible d'en approscher jusqu'a cette henre-la. Sur les 2 heures les ennemis ne tirèrent plus sur M. le Prince Robert, mais arrivèrent tousjours vent arrière.

Depuis j'ay appris avec surprise que M.r Sprak s'estant séparé dès le commencement du combat de M.r le Prince Robert, avoit peneé causer un grand contretemps, si la jalousie «ne leur donnoit l'escadre de S. M. qui avoit gagné le vent ne les eust tousjours tenus en eschec, et empesché d'entreprendre plus qu'ils n'auroient fait sur les vaisseaux qu'ils avoient sous le vent.

Du reste quoyqu'il n'ait pas tesmoigné toutte la conduitte qu'il seroit nécessaire a un chef d'une grande escadre, tout le monde demeure d'accord qu'il a agi en brave soldat, et a péry enfin dans une chaloupe a bord d'un vaisseau oü il vouloit monter, ayant esté obligé de quitter

Sluiten