Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

lieues. Nous n'avon peu scavoir pour quelle raison ils ne voulurent pas se servir ce jour-la de leur advantage. Nous mismes le cap au sud ouest, et courusme8 toute la nuit; le 12e nous mouillasuies par le travers de la Brille et puis rangeasmes toute la coste d'Hollande jusques au Texel oü nous mouillasmes au large; nous fusmes charge's d'un si grand coup de vent que nous fusmes obligés d'amener nos mats de hunes et vergues 1'espace de 10 oü 12 jours. Le 17e du mois d'aoust le S.r de Coux descouvrit 1'arme'e de Hollande mouillée par le travers de Camperduyne; ce fut la première nouvelle que M. le Prince eut des ennemis. Le 19* le vent mollit, et le 20e toute l'armée appareilla, le vent estant al'est; on mit le cap au sud sud-ouest pour ranger la coste et gaigner le vent aux ennemis. Deux heures après nous les aperceusmes sous le vent; nous arrivasmes sur eux en fort bon ordre, mais ils ne voulurent pas nous attendre, mirent leur quatre corps de voille et arrivèrent en dépendant et coururent au large; il estoit environ trois heures après midy. Son Altesse ayant ordre de ne s'engager a aucun combat après midy, n'y ayant pas assez de temps ponr décider d'un combat naval, remit la partie au lendemain, et pour eet effet tint levent1), et donna ordre au major des vaisseaux de l'escadre blanche qui avoit 1'avantgarde de courir au sud avec les deux journiers jusques a ce qu'ils trouvassent 10 hrasses d'eau, et dans ce cas d'ariver au sud-sud-ouest de crainte d'éschouer, ce qui fut exécutté régulièrement.

Dès que la nuit fat venue Ruiter forca de voilles et courut de 1'avant et se servit du flot qui le portoit a terre. et connoissant parfaitement ces costes, il la fut chercher debout au corps, et sur la minuit il revira et nous gaigna le vent.

Le Prince ayant oüï les signaux des ennemis et veu leurs feux fit le signal de revirer; on changea de bord et on courut au nord pour tascher de conserver notre advantage mais ce fut inutilement, car a la pointe du jour les ennemis rangeoient leurs costes et estoient a deux lieues au vent de nous. Ils étendirent leur ligne et quand leurs trois escadres furent par le travers des nostres ils arrivèrent dessus de fort bonne grace. Vers les huit heures Tromp avec son avant-garde tomba sur Sprak et l'escadre bleue, Ruiter et partie de l'escadre de Frise sur M. le Prince Robert, et Banker sur l'escadre blanche qui avoit 1'avant-garde *).

1) , II falloit porter plus de voilles, et quand on auroit esté a dix brasses d'eau revirer, et mettre le cap au nord-est en rangeant la coste" (kantteekening van Seignelay).

2) „Si l'escadre rouge eust fait porter au plus pres du vent et soustenu le choc des ennemis, elle eut esté secourue a une heure après midy par l'escadre blanche qui avoit gaigné le veut dès unze heures, et on eut infailliblement gaigné le combat, mais on ne put joindre les ennemis ny les Anglois que vers les sept heures du soir, quoyque nous eussions toute voile dehors. Et quand nous les trouvasmes ils étoient a plas de 12 lieues du lieu oü le combat avoit commencé" (kantteekening van Seignelay).

Sluiten