Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Zélande, les seconds combattirent des deux bords. Tl y auroit lieu de s'estonner comme le vent en changeant avoit peu mettre les Francois au vent, et n'y pas mettre M. le prince Robert ou du moins d'une trés grande partie des vaisseaux ennemis, pnisque l'escadre rouge et la blanche estoient au commencement du combat sur une mesme ligne, si l'on n'apprenoit en mesme temps que ledit prince commenca d'arriver une demie heure après le combat et qne l'escadre blanche tint toujours le vent autant qu'il luy fust possible, auquel temps 1'air s'esclairait et le vent tourna au sud, qui mist les Francois, qui avoient alors 1'avant-garde, au-dessus du vent des Hollandois.

Au contraire ik se retirèrent vers le Sud. — Cet endroit est une merveilleuse contradiction, puisque des vaisseaux ne vont pas du costé que vient le vent; il faut aussy scavoir que tous les vaisseaux francois ne revirèrent pas en mesme temps: que toute la division du chef d'escadre combattoit avec quelques vaisseaux de la division du viceadmiral contre d'autres vaisseaux de l'escadre de Zélande tandis qu'il coupa en deux la division du vice-admiral, laquelle s'enfuit en si grand désordre quelle n'approcha pas de M.r le prince Robert et ne fust en estat de retourner que lorsque M.r le prince Robert prestoit le costé a de Ruyter sans faire feu de part et d'autre comme est dit dans la relation elle-mesme plus tard.

Ruyter n'eut pas plustost cogneu mon dessein qu'il arriva sur nous avec toutte sa flotte pour secourir Tromp, si bien que tout ce que nous pasmes faire fust de nous prester le costé a la portee du canon sans faire feu de part ni d'autre. — II est difficile de voir une plus grande contradiction puisque arriver et prester le costé a la portée du canon sont deux choses incompatibles dans un mesme temps; mais il n'y a personne qui ne juge qu'au moins cette facon de combattre cinq heures durant n est pas assés dangereuse pour écrire comme il est dit a la fin de la relation que jamais il n'a esté si assisté de la providence divine qu'en cette occasion.

Et si alors les Frangois qui estoient a une certaine distance sur levent avoimt obéy a mon signal et qu'ils fussent arrivés sur les ennemis confornément a leurs devoir», nous aurions mis les ennemis en déroute et les eussions entièrement délruits; c'estoit la plus belle et la plus avantageuse occasion qui ayt esté perdue a la mei:

II y a apparence que si M. le prince Robert avoit fait des merveilies devant que les Francois 1'eussent approché, pour lors il avoit donné le signal pour faire retraitte et non pas du costé des ennemis. Le vice-admiral de sa division faisoit 1'arrière-garde et le suivit, et ce rude combat qui avoit recommencé sur les 5 heures ayant fini sur

Sluiten