Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Nitarcl qui fait les fonctions d'ambassadeur d'Espagne a Rome en ayant receu Vavis de Naples par un courrier exprès, en avoit d'abord fait part a tous les cardinaux de sa faction. Et enfin qu'on avoit fait en plusieurs endroits des feux de joye de cette grande victoire, et mesme que le duc de Vïlla-Hermosa avoit fait chanter le Tédeum a Bruxelles, auquel il assista le mardy après midy du 14 janvier.

Quoyque le bonheur ordinaire des armés du Roy, la capacite et le courage du Sieur du Quesné, lieutenant général, des Sieurs de Valbelle, de Preuilly-Humières, de Gabaret, de Tourville, chefs d'escadre, et des capitaines quy montoyent les 20 vaisseaux du Roy nous donnasent une entière confiance, cependant nons n'avons rien publié pour détruire ces nouvelles, dont plusieurs lettres éerites de Livourne, de Gênes et de Naples nous asseuroyent la fausseté, et nous avons attendu 1'arrivée du chevalier de Chaumont, major dès armées navales de S. M. en Levant, qui est parti de Messine 6 jours après le combat, dont il a porté la relation avec des circonstances véritables.

L'escadre commandée par le Sieur du Quesne lieutenant général des armés navales du Roy, composée de 20 vaisseaux et de six brulots, partit de Toulon et des Isles d'Yères le 17 décembre dernier, avec ordre exprès de se joindre aux dix vaisseaux qui estoient demeurés a Messine sous le commandement du Sieur Dalmeras, aussi lieutenant général des armées navales de S. M. Le dit Sieur du Quesne fit la route; estant toujours contrarié par les vents il ne put arriver dans les mes de Sicile qu'au commencement du mois du janvier.

Cependant le S.r Ruyter avec tous ses vaisseaux estoit arrivé a Melazzo, et le Prince de Montesai-chio avec l'armée d'Espagne estoit a Palerme.

Le lieutenant amiral Ruyter, qui est connu dans toute 1'Europe pour le premier homme de la Mer, dit a un capitaine anglois qui passa a Melazzo qu'il attendoit l'armée de France pour la combattre, et estant averti par les officiers qui commandent pour le Roy d'Espagne dans les chasteaux qui sont sur les hauteurs des Isles de Stromboli et les Salines que les Francois paroyssent, il envoyaun batiment léger a rames avec ordre d'estre toujours a la veüe des vaisseaux de France, et de tirer d'heure en heure un coup de canon s'ils ne changeoyent pas de route, et en cas qu'ils en changeassent, de faire une décharge de toute son artillerie. Le Sieur du Quesne jugea assez facilement par la manoeuvre de ce batiment qu'il voyait loin devant luy, de 1'intention pour laquelle il avoit esté envoyé. Ce qui luy ayant fait connoistre que le Sieur Ruyter n'estoit pas éloigné, il négligea 1'avantage qu'il pouvoit recevoir de la jonction des dix vaisseaux qui estoient a Messine, pour ne différer pas une occasion de combattre. Après avoir donné tous ses ordres il navigea sur la route de ce petit batiment, et il découvrit l'armée ennemie le 7 au matin; les ennemis tinrent le

Sluiten