Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

s'y rangea; il n'y avoit que 1'arrière-garde qui se trouva un pen de 1'arrière.

Le S.r de Preuilly d'Humières par occasion fesoit ce jour-la 1'avantgarde avec sa division et le S.r Gabaret 1'arrière-garde, qui avoit pour opposé le vice-amiral ennemy, nostre avant-garde leur'contr'amiral et moy Reutre a la bataille.

Je commencay d'arriver sur les ennemys et nostre avant-garde en ayant eu les ordres arriva aussy. Les Hollandois commencèrent a faire feu sur nous d'assés loing, sans pourtant que de mon bord on aye tiré qu'a bonne portée, toujours en arrivant sur Reutre qui ne fit pas un point d'honneur de lacher le pied pour s'esloigner de nous en fesant un feu continuel de son artillerie qui nous désempara de nos principales manoeuvres, tua et mit hors de combat nos premiers officiers mariniers; cependant dans le grand feu des ennemis et du nostre environ sur les deux heures après qu'il fesoit un vent frais il arriva un mesme accident par le calme a un des brulots de 1'avant-garde par le Marquis de Beauvoisis qui y fut tué, et sur la fin du combat celuy du chevalier de Galissonnière tomba bas par plusieurs canonades. Un de nos brulots fut détaché lequel sans le calme qu'il fit lorsqu'il estoit prêt d'aborder auroit faict son effect sur 1'amiral d'Hollande, quy dans ce calme eut le tems de luy couper ses mats a coups de canon.

Reutre, sa division et son avant-garde plièrent si fort hors de la ligne que son arrière se trouva lors par nos eaux, quy auroit couru risque sy la nostre 1'avoit poussée comme nous avons fait la bataille et 1'avant-garde.

Ainsy le ealme continuant les gallères vinrent retirer les vaisseaux ennemis les plus maltraittés du combat, qui finit avec le jour non avec tout 1'advantage que l'on pouvoit espérer si tous les capitaines des vaisseaux du Roy avoyent eu mesme intention; toutes fois ayant gagné le vent a Reutre quy avoit 25 vaisseaux de guerre nous 1'avons attaqué et fait lacher pied tant que les vents 1'ont permis, et nous 1'avons obligé a faire place, sans qu'il se soit opposé a nous lorsque nous avons esté ensuite vers le phare au devant des dix vaisseaux de Messine qui se sont joints a nous le 10e au soir, qu'il fit un coup de vent trés dangereux en eet endroit et qui cassa plusieurs abordages entr'autres de VAppoUon et du Joly qui se rompirent leurs beauprés et mat d'avant de ce dernier; ils se sont tous deux sépares de nous, dérivant vers la coste de Calabre hors de nostre veue, dont je seray en peine jusques a ce que j'en aye des nouvelles.

Le S.r Gabaret s'est plaint a moi que quelques vaisseaux de sa division ne 1'avoyent pas bien suivy, comme aussy le Sieur de Preuilly, ce qui a esté cause que son vaisseau a esté endonmagé de plus de coups de canon. Le temps ny 1'ocasion ne m'a pas permis de faire autre

Sluiten