Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

eu seneté sil la qmttoit et que pour eux ils ue luy eu pouvoient pas repondre. Cela 1'obligea a se de'barquer. II donna ses ordres a M. Duquesne, et les vaisseaux partoient le lendemain 20e, ils firent route' jusques au 22" et croyoient entrer ce mesme jour a Auguste pour y prendre la poudre et les boulets qu'ils espéroient y trouver; mais comme ils étoient en veue et prests a entrer ils découvrirent les ennemis sur les neuf heures dn matin. Le vent avoit manque' et il faisoit calme en sorte que les vaisseaux du Roy ne peurent aller sur eux; ne'antmoins D«q«esne prit dès lors la re'solution de les attirer, jugeant qu'il ne ser01t pas honorable d'entrer dans un port en leur presence esperant d'ailleurs que vents que le golphe d'Auguste jette ordinaire-' ment le ponsseroient sur les ennemis, et luy donneroient le vent sur eux; mais il en arriva tout autrement, le vent se mit au Sud Sud-Est et tout ce que peust faire M. Duquesne pour se mettre au large fut de revirer le bord et de porter a 1'Est en ordre de bataille. Les ennemis cependant pour proffiter du temps qni leur estoit si favorable arrivèrent sur les vaisseaux du Roy, et se trouvèrent a portee de canon sur les deux heures du soir. Les deux arme'es étoient composées d'un nombre e'gal de vaisseaux qui pouvoit être de vingt-neuf ou trente de part et d'autre. Du coste' des ennemis Ruyter avoit 1'avant-garde il avoit donné le corps de bataille aux Espagnols, et 1'arrière-garde estoit composée du reste des vaisseaux hollandois. Dans l'armée du Roy, M. Dalmeras avoit 1'avant-garde, M. Duquesne estoit au corps de bataille et M. Gabaret tenoit 1'arrière-garde. Ruyter arriva le premier avec toute sa division en tomba sur 1'avant-garde des vaisseaux du Koy: le combat fut extrêmement rade et soustenn fort vigoureusement de part et d'autre, mais M. Dalmeras ayant esté tué après une heure et demy de combat l'on vit arriver son vaisseau, soit que sa mort eut mis le désordre ou que le vaisseau fut fort incommodé; cela n'empescha cependant pas le reste de la division de soutenir avec une égale vigueur effort de Ruyter, qui voyant cinq de ses vaisseaux démastés que des gallères d Espagne remarquèrent a Saragousse, et n'espérant plus de pouvoir rompre 1 avant-garde des vaisseaux du Roy, prit le party de revirer a 1 autre bord C'estoit proprement céder le champ de bataille aux vaisseaux de S. M. et se confesser battu que de faire cette manoeuvre mais comme sy son vaisseau voulut luy en eviter la confusion, il reffusa' de prendre^vent devant, et ses voiles se trouvant acculéés en perdant son aire, Lavant-garde du Roy le dépassa, et il se trouva a 1'opposé du corps de bataille q„i ayant toujours porté les mesmes voiles et courn le mesme bord, avoit gagné 1'avant-garde des ennemis. Ruyter qui dans cette conjoncture estoit mi peu tombé sous le vent ainsy col.5 k r,TeaUX- ^ Sa divi8i0D' fut re?eu de ^nt le canon du ZZUt batai,le q"1 ]UTeS al°rS D'aV0it PresqHe P°int eombattu, d autant que les Espagnols qui leur devoient faire teste, soit qu'ils sè

Sluiten