Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

réservassent pour une meilleure occasion ou qu'ils en fussent conveiins avec Ruyter, se précautionnèrent extrêmement pour ne point tomber sous le vent; quand ils virent néantmoins Ruyter combattre contre le corps de bataille de l'armée du Roy, ils arrivèrent aussy sur elle et en soutinrent le feu fort vigoureusement. Les galères dEspagne qui jusques alors "avoient demeuré au vent pour secourir les vaisseaux Lommodez, après leur avoir rendu de trés bons offices et les avoir mis en seureté se vinrent mettre de la partie et firent un tres grand feu sur les vaisseaux du Roy. Cependant la nuit vint qui separa les deux armées. Ruyter revira poua courir en terre et 1 armee du Roy tint toujours le mesme bord pour marquer jusques au bont aux ennemis que rien n'obligeoit a cbanger sa route. Ce combat passera pour indécis en ee qu'il n'y a que la nuit qui ait separe les ar mees, néantmoins ceux qni voudront rendre justice aux armes du Roy iugeront bien que les vaisseaux ennemis ont este les plus maltraités, ouisqu'il y en a en cinq de démastés, lesquels ne pouvant eviter de tomber sur l'armée du Roy sy les galères ne les eussent remorques an vent, auroient sans doute esté brullez et auroient rendu la victoire de* vaisseaux du Roy plus signalée, et il falloit aussy que le désordre fut grand dans l'escadre de Ruyter pour 1'obliger a vouloir revirer. Cette manoeuvre ne peut jamais estre prise qu'a son desavantage. bes ennemis pourroient dire que son dessein estoit seullement de s accuier comme il fit pour essayer de faire plier le corps de bataille del armee du Roy n'ayant peu faire arriver 1'avant-garde, et d'entreprendre ainsy luy seul ayec sa division sans le secours des Espagnols, ny de son ameregarde, de combattre une armée en détail aussy forte que toute la sienne; ce dessein seroit asseurément d'un grand courage, mais il est trop contraire aux régies de la marine pour tomber dans 1 esprit dun homme de 1'expérience de Ruyter; outre qu'il se mettoit en danger d'estre entièrement désemparé, en venant tout incommodé qu il estoit se mettre sous le feu d'un corps de vaisseaux en bon estat et qui n'avoit point encore eombattu. Ceste manoeuvre luy devoit faire perdre le vent et en mesme temps le gain de la bataille, comme il seroit arrivé sans doute sans la mort de M. Dalmeras qui n'auroit pas manque après avoir couru quelque temps le même bord, de revirer, de gagner le vent par ce moyen et d'enfermer Ruyter entre luy et le corps de bataille. Mais le malheur voulut que le vaisseau de M. Dalmeras apres sa mort non seulement ne prit point ce party, mais même ne se, trat pas dans la ligne, suivant le raport qui m'en a este fait par M. deC.. Aubin, et ce qui fust encore d'un plus- grand préjudice a 1 armee du Roy dans cette occasion c'est que ce vaisseau ne désarbora point son pavillon de vice-admiral en sorte qu'on ne ne sent la mort de M. ™™™ qu'autant que l'on en pouvoit juger par sa manoeuvre. M. de Valbelle, chef d'escadre qni avoit en ce cas ceste division a conduire et qui

Sluiten